Category: Ordinateurs et Internet


Jane Burgermeister défie les instances mondiales corrompues dans sa première apparition publique depuis son dépôt de plainte

Pour ceux qui croient encore que la journaliste
autrichienne Jane Burgermeister, qui a osé défier les puissants de ce
monde en déposant plainte pour crime contre l’humanité, est un produit
de l’imagination de conspirationnistes en mal de publicité, eh bien, il
va falloir se faire une raison : l’ennemie public numéro un des cartels
et gouvernements corrompus existe bien !
Elle donne ici une interview
poignante et sans concession où elle fait le point sur la plainte
déposée auprès des autorités autrichiennes et du FBI américain.
On
s’aperçoit que l’éveil des consciences commence à germer des esprits des peuples mondiaux, que les autorités policières se sentent gênées
aux entournures dans leur tâche (par qui on le verra sous peu), que les
lois sanitaires nationales sont en fait supplantées par un règlement de
l’OMS qui prendrait le pas sur les 194 gouvernements locaux signataires,
jusqu’à former par là même un énorme gouvernement mondial de fait,…
j’arrête là et je vous laisse découvrir la suite par vous-mêmes à la fin de l"article…

Le rappel des faits énumérés ici : Une journaliste intente une action judicaire contre l’OMS et les Nations Unies qui ont l’intention d’organiser un génocide de masse !
Horizons et débats 28 aout 2009 pdf

Des documents pour comprendre : Jane Burgermeister et dépopulation programmée
Opération pandémie vidéo espagnol sous-titrée
Origine et mensonges sur la grippe – La prise de contrôle occulte de l’OMS
Plan pandémie France modifié février 2009 ! (pdf officiel dans l’article)

L’omerta médiatique face à la démarche courageuse de cette femme est
stupéfiante. Ne semblaient les connaître que les blogueurs et médias
alternatifs. La voici, en direct, exposant son parcours et sa démarche,
en anglais sous-titré français à choisir dans la liste déroulante du lecteur.
Il ne nous reste que peu de temps avant que la vaccination ne nous soit imposée d’abord par d’odieux chantages, puis sous contrainte forcée voire armée.
Même au sein des personnels médicaux et des forces de sécurité intérieures, j’ai eu dire que la résistance à cette idée de vaccination ô combien suspecte fait lentement mais sûrement son chemin. Toutefois la propagande médiatique des médias aux ordres à la fois du gouvernement et de l’industrie médicale mafieuse s’accélère dangereusement, jusqu’à proférer des mensonges de plus en plus injustifiables.
En Belgique, le 22 septembre, le gouvernement vient de se faire accorder des " pouvoirs spéciaux " en prévision, pour faire face à la supposée pandémie.
Nos gouvernants sont en train de prendre le chemin répugnant de la dictature en douceur, et comme
toujours dans le dos des citoyens. Comme un seul homme, les députés se
sont soumis au diktat de l’OMS. Et bien entendu, pas un seul média normalement constitué n’a relaté cette information digne d’un état s’apprêtant à partir en guerre. Dans ce cas-ci, vous l’avez compris, l’ennemi ce sera vous et moi.
Il ne nous reste que peu de temps : en France, la vaccination collective (pour l’instant volontaire) sera entreprise à grande échelle à partir du 15 octobre.
Toutes les mairies ont reçues des instructions de leur préfet de région pour mettre à disposition des équipes de vaccination des locaux suffisamment grands, matériels informatique et de bureau ainsi que personnels, qui serviront de liaison avec les instances gouvernementales de santé. Inutile de dire que ces lieux et alentours seront très bien protégés et gardés par du personnel policier et militaire bien armés. Trouveront-ils des clients pour accepter leur infecte marchandise et des vendeurs souriants pour faire leur sale boulot gestapiste ? Il ne faudra pas attendre longtemps pour le découvrir.

Mais, foin de perspectives sombres et place au film :

       
Interview-de-Jane-Burgermeister-3/3

Conférence de Jane Burgermeister ce week-end

Jane
Burgermeister donnera sa première apparition publique depuis
son dépôt de plainte contre les cartels financiers, pharmaceutiques et gouvernements mafieux mondiaux ce samedi 26
septembre, au Volkshaus de Zurich à 13h15 précises (soyez
à l’heure précise-t-on ! )
Entrée : 20 francs suisses. Places limitées et donations bienvenues.
Source : TheFluCase



En vente en ce moment en VOD sur votre chaîne préférée !


Déchaînez vous ici !


Pour ceux qui ne comprennent -encore- rien à ce qui se joue avec HADOPI.

Un lien pour que vous compreniez ce qu’est la loi HADOPI .

Voici mes
raisons de boycotter ces « troubadours » complices
actifs de la répression non encadrée que sont les artistes amis du pouvoir :

1/ La loi HADOPI
va à l’encontre de notre constitution,
c’est à dire que cette
loi permet à une entreprise privée (FAI)
de se placer en situation d’être « Juge
et partie »
.

Tout jugement et toute sanction doit actuellement se faire par
l’intermédiaire d’un Juge après une enquête impartiale et
sérieuse, avec HADOPI vous n’aurez plus cette garantie
d’impartialité, une société privée (FAI)
décidera de votre sort.

En effet, imaginez que votre FAI
ait des problèmes pour fournir le service pour lequel vous le payez,
il est certain que le FAI vous surveillera plus que n’importe quel internaute afin de
suspendre votre connexion internet et vous faire taire sous prétexte
de téléchargement illégal .

2/ La « présomption d’innocence » est niée. Vous serez supposé
coupable de téléchargement illégal sans aucune preuve
indiscutable. Ce qui équivaut à des « allégations calomnieuses » et une « atteinte à votre honorabilité ».

3/ La notion essentielle de droit Français « La
charge de la preuve revient à l’accusation »

est piétinée
avec la loi HADOPI .

Considérant qu’au termes de l’article 9 DDHC (Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789), "Tout
homme est présumé innocent jusqu’à ce qu’il ait été déclaré
coupable […]" ; qu’il en résulte qu’en principe, le
législateur ne saurait instituer de présomption de culpabilité en
matière répressive; que toutefois,

à titre exceptionnel
[…].

Avec HADOPI en l’état vous êtes présumé coupable, encore plus
grave, coupable par une entreprise privée, Juge et partie n’ayant
rien à voir avec l’autorité judiciaire …

Normalement en droit Français, c’est à la personne qui vous
accuse d’un délit de prouver que le délit a été commis. (On a ainsi voulu adapter la répression de la "piraterie" sur Internet comme on le fait avec les infractions routières ou fiscales, automatisées ou pas : payez d’abord et vous contesterez -si vous le pouvez- ensuite…

Avec la loi HADOPI ce sera à vous de prouver que vous n’avez
commis aucun délit, bon courage…

4/ Pour prouver votre bonne foi vous devrez accepter
d’installer un logiciel espion sur votre PC
, logiciel
qui enregistrera vos moindres faits et gestes sur internet .(les
possibilités sont sans limites avec les logiciels espions, il est
possible d’enregistrer tout ce que vous saisissez sur votre clavier)

5/ La riposte graduée est un « attrape couillon », en effet, même si vous prouvez votre
bonne foi en vous laissant espionner 24 heure sur 24 par un logiciel
espion, le niveau N° 1 de la riposte graduée restera d’actualité
.

Donc pour une seule suspicion de « téléchargement illégal » vous devrez accepter d’être espionnés à
vie ?

6/ Le gouvernement actuel tente de vous faire croire que le
projet HADOPI est fait pour protéger les « artistes »
de l’hexagone.

En réalité, ce projet est fait pour protéger les intérêts de
l’industrie du cinéma et des majors de l’industrie de la musique
qui ne sont pas Européennes. (ils vous suffit de regarder les
chiffres d’affaire de ces industries par pays)

7/ Le projet
HADOPI actuel inclus la possibilité de fouiller dans toutes vos boites E-Mail relevant de la correspondance
privée .
Une sorte de police politique autorisée à surveiller
vos correspondances et violer votre vies privée sans aucune
ouverture d’instruction judiciaire de la part d’un Juge habilité .

8/ Le
gouvernement Sarkozy a décidé de surveiller les leaders d’opinion sur internet depuis déjà quelques années
.

Cela relève
d’une véritable police politique chargée de la surveillance des
détracteurs du « Tsar Nicolaï Sarkozy I er » .

Cela a déjà commencé : le site d’informations indépendant Mediapart est actuellement l’objet des poursuites en diffamation pour avoir dénoncé le "copinage" concernant la nomination de François Pérol, ancien conseiller de Sarkozy à la tête de la nouvelle entité Caisse d’Epargne/Banque Populaire, et donc d’une prise illégale d’intérêts/corruption.

Récemment, un salarié de TF1 hostile à la loi HADOPI, s’est vu liciencier pour s’être épanché de son désaccord à sa député UMP, qui fit remonter le mail au ministère de la Culture, ce dernier mail également transmis aux DRH de TF1 ! Lire l’article de PC Inpact

Comme dans tous
les régimes totalitaires, les opposants au pouvoir en place
pourront être identifiés et faire l’objet d’une surveillance
rapprochée en désaccord avec les principes mêmes des libertés
individuelles .

9/ En cas de
délit la seule instance légitime à enquêter et à sanctionnée
est le Juge d’instruction
(indépendant) dernièrement remplacé par le
Juge de l’instruction (soumis au pouvoir exécutif donc au
gouvernement).


10/
Le principe de la double peine : Votre FAI aura le droit de suspendre
votre connexion à internet à son bon vouloir mais en plus vous devrez
continuer à payer les factures pour un service auquel vous n’avez plus
accès !!!

C’est
une forme d’amende rentrant dans les poches d’une entreprise privée
sans aucun contrôle de l’état ni des autorités judiciaires, ni même de
fonctionnaires ou de personnels assermentés !

11/ La loi HADOPI crée un nouveau délit, le défaut de surveillance de la connexion internet. Autrement dit, si quelqu’un télécharge par votre connexion internet des contenus illicites, se sera vous (et non lui) qui
serez poursuivis par la loi Hadopi…
Une véritable répression aveugle ! (très
facile en détournant le wifi ou un CPL mal protégé, plus quelques
méthodes dont je ne peux disserter publiquement, la police de Vichy
veille …)

Toutes ces atteintes au droit
Français préparent notre pays à être soumis à une jolie
dictature déjà bien avancée …Un PPS à télécharger pour vous expliquer ce que cache HADOPI.

Le gouvernement, ne tirant pourtant aucune leçon des avertissements lancés par
la CNIL, la Ligue des Droits de l’Homme, etc.. pense pouvoir s’en tirer
en faisant ajouter cette "réponse graduée" au paquet Télécom qui semble déjà mal parti au niveau Européen
et faire voter la loi alors que la loi supra-nationale Européenne dira
le contraire de la loi française. Impossible n’est pas français, disait
Napoléon… Le texte français, en toute logique, devrait quand même
rencontrer l’écueil de la censure du Conseil Constitutionnel, qui lui,
reconnaît et applique les lois supra-nationales. Le match n’est pas
près de finir...
A suivre…


[…] Je réside à l’étranger, je
recois les chaines nationales par satellite et je suis de très près les
inquiétants débats autour d’Hadopi….

Je savais déjà la chaîne
démago, diffuseuse de propagande pro Elyséenne, et outre ces faits déjà
choquants je me contentais des Experts et de qq programmes matinaux
pour mes enfants.

La manipulation des images que vous avez
effectué en réalisant les reportages au JTN des deux premiers votes
d’Hadopi à l’assemblée m’a offert la possibilité d’éduquer mes enfants
sur le thème de la propagande et de la manipulation des masses.

Merci à vous, donc.

Ce
licenciement va dans la droite ligne de votre refus de vous adapter aux
nouvelles technologies, de comprendre cette génération Internet que
vous ne controlerez jamais plus comme vous l’avez fait par le passé
quand vous médias étiez seuls détenteurs de l’information divine, la
télé de papa.

Nos enfants naissent avec un clavier dans les
mains dans une nouvelle ère de diffusion instantanée des informations,
précis, crédibles et dénués d’intérêts pécunières, votre peste est
nommée, elle s’appele Internet.

Et Hadopi n’y fera rien, cette
loi est injuste et technologiquement arriérée de 12ans, seuls les plus
faibles, les plus vulnérables, les moins technophiles serviront de
boucs émissaires aux Majors pendant que le reste  de la meute 2.0
attend déjà les applications pratiques de la loi en ricanant.

Que les Majors Françaises et tf1 organisent leurs suicides auprès de la génération montante, celle qui votera en 2012, celà à vrai dire me plait….

Vous
muterez, de gré ou de force, ou vous agoniserez pour laisser la place à
des modèles économiques plus équilibrés, plus justes.

D’ici là j’ai décidé de protéger mes enfants en effacant tf1 de mon recepteur satellite, tant pis pour mes "Experts", c’est ma façon de participer à la fin du régime de Vichy.

Je ne vous salue pas. […]


& la vidéo du débat à l’assemblée :

 
Loi Hadopi – Christine Albanel – TF1 – salarié licencié
par LepointTV


Commentaires récupérés avant d’être censurés par les modérateurs de TF1 sur le site "TF1 et vous"

tkoc (09/05/2009 21:59:03)
Bonjour TF1.
Nous sommes les Internautes.

Au fil des années, nous vous avons observé dans l’ombre. Vos campagnes de désinformation, votre connivence avec certains politiques, la répression auprès de vos employés, tout cela a attiré notre attention.

Avec votre dernier acte, l’extension de votre influence néfaste sur ceux qui vous font confiance, ceux-la même qui vous considèrent comme une chaîne impartiale, est devenue claire à nos yeux.

Votre action a démontré que la France sombre doucement dans l’Autoritarisme, et vous y contribuez.

Il a été décidé que votre chaîne devait être réduite a néant. Pour le bien des Français, pour le bien de la République et pour notre propre plaisir, nous nous devons de vous expulser du paysage télévisuel français et de démanteler la chaîne sous sa forme actuelle.

Nous vous reconnaissons comme un adversaire de taille, ainsi nous nous préparons pour une longue, très longue campagne.

Vous ne pourrez lutter éternellement contre la conscience populaire. Vous ne pouvez pas nous réduire au silence, car nous sommes partout.

Vous ne trouverez aucun recours à cette attaque, car pour chaque Internaute qui tombera, dix prendront sa place.

Vos téléspectateurs se reveilleront et réaliseront qu’ils n’ont pas à dépendre de vous.

Ils comprendront alors que leurs opinions furent manipulées depuis des années.

Notre combat n’est pas mu par la haine, mais par un désir de justice et de rétablissement des grandes heures de la République.

Notre temps de cerveau disponible n’est pas à vendre.

Nous sommes les Internautes.

Nous sommes Légion.

Nous ne pardonnons pas.

Nous n’oublions pas.


Le Figaro censure aussi ses propres infos :

Hadopi et Le Figaro : Flagrant délit de manipulation d’informations

Censure et manipulation sur LeFigaro.fr

Pris la main dans le Sac

Voici les faits :

1) Copie d’écran du Figaro (page d’accueil) pris le 9 mai à 03h52 :

Amusant ! Un article intitulé "Le Gouvernement confiant sur l’Hadopi" et juste en dessous un sondage pour les lecteurs "Internet est-il un droit fondamental ?".

Résultat 19426 votants et 75% de "Oui"


Jamais
un sondage du Figaro n’aura à ce point explosé les compteurs. En effet,
durant toute la journée, les Français se jettent, par milliers, sur le
sondage et génèrent, au passage, 212 commentaires, dont beaucoup sont
négatifs à l’encontre de Hadopi, m
algré le filtrage impitoyable des censeurs. A noter que le double vote est impossible.

Donc
le gouvernement se déclare confiant sur un projet de Loi alors que des
milliers de Français anonymes manifestent leur hostilité à ce projet.

Le résultat du sondage, tout comme l’enchaînement des 2 articles, est-il gênant ? Apparement Oui.

2) Car voici maintenant la copie d’écran du Figaro (articles archivés dans l’onglet "Politique") pris le 9 mai à 19h46.

A la place du sondage ils ont remplacé le sondage par un vieil article du 5 mai ("Hadopi : Le PS …"). L’article : "Le gouvernement …" date du 8 mai et l’article "Fillon : Les murs …" date du 6 mai.

Le sondage est introuvable sauf en utilisant le moteur de recherche.
Voici le lien : Sondage Figaro. Au passage, vous pourrez remarquer que le nombre de commentaires a baissé. Chut ! Censure en cours.

On nous prend vraiment pour des cons

Heureusement Bibi veille

Je vous laisse propager l’information.


Commentaire effacé :

v. (09/05/2009 12:27:43)


Bonsoir la france,

J'aime comme beaucoup d'entre vous le confort du train-train quotidien, le sentiment de sécurité et la tranquillité que procure ce qui est familier et répétitif. Je les apprécie comme tout uns chacun mais dans cet esprit de commémoration (le 8 mai 1945) qui prévoit que les évènement important du passé habituellement associés à la mort d'un individu ou à la fin de quelques horribles batailles sanguinaires soit célébrés par de sympathiques congés.
J'ai pensé que nous pourrions célébrer ce 8 mai jour hélas oublié, en consacrant un cours instant de notre vie quotidienne à nous assoir et à bavarder un peu.
Il existe bien sûr des personne qui ne veulent PAS que nous parlions. Je soupçonne qu'en ce moment même des ordres sont aboyés dans des téléphones et que des webmasters vont bientôt se mettre en route.
Pourquoi ? Parce que même si ont peut substituer la matraque à la conversation, les mots conserverons toujours leur pouvoir. Les mots sont le supports de la compréhension et pour ceux qui les écouterons, l'énonciation de la vérité. Et la vérité c'est que quelque chose va très mal dans ce pays. N'est-ce pas ? Cruauté et injustices, intolérance et oppression. Et là où auparavant vous aviez la liberté de faire des objections, de parler comme bon vous semblait, vous avez maintenant des modérateurs et des systèmes de surveillance vous contraignant à la conformité. 
Comment est-ce arrivé ? Qui est à blâmer ? 
Bien sur il y a ceux qui sont plus responsables que les autres et qui devront en rendre compte mais encore dans un souci de vérité si vous cherchez le coupable, regarder simplement dans un miroir. Je sais pourquoi vous l'avez fait, Je sais que vous aviez peur. Qui pourrait se venter du contraire ?
 Guerre, terreur, la crise... une myriade de problème a contribué à perturber votre jugement et à vous priver de votre bon sens. La peur a pris ce qu'il y avait de meilleur en vous et dans votre panique vous vous êtes tournés vers Nicolas Sarkozy, aujourd'hui président.

Il vous a promis de l'ordre, il vous a promis la paix, tous ce qu'il a demandé en échange c'est votre consentement silencieux et docile. Hier, un homme a cherché à mettre fin à ce silence, hier il a montré son oppositon à la future loi HADOPI, pour rendre la mémoire à ce pays.
Il y a plus de 64 ans, les français ont voulu montrer au monde impartialité, justice et liberté sont plus que des mots. Ce sont des principes !

Alors si vous n’avez rien vu, si vous ignorez toujours les crimes de ce gouvernement, je vous suggère de ne pas commémorer le 8 mai. Mais si vous voyez ce que je vois, si vous ressentez ce que je ressent, si vous désirez ce que je désire, alors rangez vous à mes côtés, et nous leur montrerons que la France est un pays libre !

						V

( Librement adapté du film V pour Vendetta )

Bonjour pouvez vous expliquer le licenciement de Mr. Jérôme Bourreau-Guggenheim ? (sur le forum de la chaîne)

   

                                                                                                                       (Merci à Failblog et Chimulus pour leurs contributions)

La réponse de TF1

Bonjour, 

Le
Groupe TF1 a toujours manifesté une position de soutien au projet de
loi " Création et Internet " HADOPI pour mettre en place un système de
réponse graduée contre le piratage.
TF1 est le seul groupe
audiovisuel à avoir engagé des procédures contre le piratage de ses
oeuvres et pour défendre la création et la production françaises ainsi
que les intérêts des ayants-droits.
C’est dans ce contexte  que les
prises de position particulièrement radicales exprimées publiquement à
plusieurs reprises, en cette qualité, par le Responsable du Pôle Innovation Web de TF1, ont conduit l’entreprise à se séparer de ce responsable pour deux raisons : 
– elles sont contraires aux déclarations officielles du groupe TF1, notoirement en faveur de cette loi,

elles sont incompatibles avec ses responsabilités au sein d’e-TF1,
filiale du groupe en charge, également, de la lutte contre le piratage
sur internet.

L’entreprise
déplore d’avoir été contrainte de mettre sur la place publique une
décision qui concerne l’un de ses collaborateurs dans une affaire
strictement interne.

 

Cordialement,

Emmanuel

L’équipe TF1 & VOUS



Bourreau "Albanel s’enlise" (Libération)
Par Gilles Klein le 09/05/2009

Qui,
au ministère de la Culture, a transmis le mail de Jérôme Bourreau à la
direction de TF1 ? demande Libération dans son édition du samedi 9 mai
2009.

"Christine Albanel (…) affirme n’avoir jamais contacté la direction de TF1». Peut-être pas
elle, non, mais quelqu’un de son cabinet assurément. Et TF1 l’admet
sans peine dans la lettre de licenciement de Jérôme Bourreau : «Cette
correspondance nous est parvenue via le cabinet du ministre de la
Culture qui l’a adressée le jour même à la société TF1.»
"

"La chaîne qui a, elle aussi, pondu un communiqué pour justifier le
licenciement de Jérôme Bourreau, expliquant que ses prises de position
anti-Hadopi «particulièrement radicales, exprimées publiquement à
plusieurs reprises» étaient «contraires aux déclarations officielles du
groupe TF1, notoirement en faveur de cette loi». Sauf que, de traces de
déclarations «officielles» de TF1 en faveur d’Hadopi, il n’y a point.
"

"Interpellée par Patrick Bloche (PS) et Martine Billard (Verts),
laquelle demande une enquête interne au ministère, une Christine
Albanel un peu pâlotte a redit n’avoir «demandé la tête de personne, ça
ne me viendrait pas à l’idée de le faire, d’ailleurs ce n’est pas dans
ma nature». Avant de légèrement nuancer ses propos : «A ma
connaissance, rien n’a été transmis.» L’ombre d’un doute? Christine
Albanel a refusé de répondre aux questions de Libération.
"

 

L’occasion de lire notre observatoire Sites, blogs et internautes défendent "le premier martyr de l’Hadopi", licencié par TF1


http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=1935

"L’internet n’existe pas !" lançais-je l’autre jour dans une grande envolée à Alain Finkielkraut sur le plateau d’une de nos dernières émissions.
Ce que je voulais dire, bien entendu, de manière provocatrice, c’est
qu’il est absurde d’inclure dans le même raisonnement le blog
individuel et le site de presse employant trente journalistes, de la
même manière qu’il n’y a pas grand chose de commun entre Closer et Le
Monde Diplomatique.

Ce qui se passe sur le Web, depuis deux jours, semble démentir cette
belle formule. Internet n’existe peut-être pas, mais il a en tout cas
des réflexes communs, dont l’affaire Bourreau-Guggenheim nous offre une
illustration spectaculaire. Blogueurs, internautes, trolls de forums,
chroniqueurs des grands sites de presse : toute la République de la
Toile, avec ses prêtres et son tiers Etat, est en quasi-insurrection,
soulevée par une réprobation unanime, instinctive, devant la
mésaventure du cadre de TF1, licencié pour avoir envoyé un mail
anti-Hadopi à sa députée. Et qu’on y voie en première ligne les sites
de presse (ainsi notre confrère de L’Obs, Claude Soula, appelant quasiment à la démission d’Albanel,
en rupture totale avec la position du patron de son journal, Denis
Olivennes, ancien patron de la FNAC), n’est pas un hasard : sur tout ce
qui touche à Internet, ces sites font entendre une musique différente
de celle de la maison mère. Ajoutons à celà le relâchement d’un
week-end prolongé, pendant lequel les grands patrons ont la tête
ailleurs : les choses rentreront peut-être dans l’ordre lundi. Ou
peut-être pas.

Les circonstances exactes de l’affaire restent à établir. Il est peu
probable qu’Albanel ait donné l’ordre d’envoyer le mail à TF1, en
exigeant une sanction contre le dissident. Mais elle est responsable de
son cabinet, et serait bien avisée de faire le ménage tout de suite.
Quant à TF1, l’affaire confirme ce que disent les rumeurs (et les
chiffres): le paquebot prend l’eau, et ça panique sec dans la cabine de
pilotage. Résultat de l’opération, à ce jour : hadopi était jusqu’ici
un combat
d’intérêts, et de principe. Ce combat a désormais un martyr. C’est une
très mauvaise nouvelle pour le gouvernement.

Car il y a le feu. Cette affaire a tout pour devenir emblématique,
tant chacun de ses acteurs semble conforme à sa caricature, et tant
elle porte atteinte à des valeurs qui rassemblent les internautes : une
bavure non assumée du politique en plein débat à hauts risques à
l’Assemblée, la crispation d’un média à beaucoup de titres repoussoir,
une atteinte scandaleuse aux libertés individuelles, et une victime
parfaitement identifiée, seulement coupable d’avoir des opinions, et de
les avoir exprimées à son élue, comme c’est son devoir de citoyen. A
l’heure où nous écrivons, il n’est pas exclus que l’affaire ait la peau
d’Albanel, voire d’Hadopi. Attendons.

En conclusion, un mot sur le fond. Hadopi est certes une mauvaise
loi. Pour plusieurs raisons. Parce qu’elle risque de placer la France en infraction avec la réglementation européenne.
Parce qu’elle est injuste (et les allers et retours, entre Sénat et
Assemblée, sur la "double peine", c’est à dire l’obligation pour les
internautes auxquels on aura coupé l’abonnement de continuer à payer
cet abonnement), montrent bien l’embarras du législateur. Parce qu’elle
risque d’être inefficace (et l’affaire Bourreau-Guggenheim, avec ses
mails balladeurs, en illustre les risques de bavures). Mais elle n’est
pas une mauvaise loi dans ses intentions. Oui, les internautes se sont
intoxiqués à la gratuité universelle, et ce n’est pas ici, sur un site
qui a fait le pari de vivre de ses seuls abonnements, que nous dirons
le contraire. Non, la gratuité universelle n’est pas une solution.
C’est un leurre. La musique ou le cinéma ne sont pas plus gratuits que
le pain ou le vin. Oui, une solution reste à trouver, qui permette une
navigation sans entraves, et ménage les intérêts économiques des
producteurs (de musique, de cinéma, comme d’information). On reste
confondu, que l’opposition n’ait pas affiné ses propositions, en
matière de faisabilité de la licence globale, par exemple. En un mot, hadopi enterrée, d’une manière ou d’une autre, le problème restera entier.

Par Daniel Schneidermann le 09/05/2009


Historique ! La loi HADOPI visant à réprimer le "piratage" via Internet rejetée à L’Assemblée Nationale ce jeudi 9 avril


La ministre de la Culture Christine Albanel sur les bancs de l’Assemblée nationale/Charles Platiau / Reuters

Je ne résiste pas au plaisir de vous présenter la vidéo du vote final :

    

REACTIONS – La majorité s’étrangle de rage, la gauche crie victoire après le rejet du texte Création et Internet…Après le coup de théâtre à l’Assemblée nationale, menant au rejet du texte Création et Internet, les réactions politiques pleuvent.

Pour les députés de l’opposition, c’est une victoire sans appel sur le gouvernement et le chef de l’Etat. Patrick Bloche,
député PS, le clame: «C’est une défaite politique pour Nicolas Sarkozy
à titre personnel», lui qui avait fait «signer les accords de l’Elysée
(entre ayant droits de la musique et du cinéma et les fournisseurs
d’accès à l’Internet en 2007, ndlr) dont le projet de loi était la
déclinaison législative». «Le texte est mort politiquement», lâche
Bloche.

Une défaite gouvernementale qui enthousiasme aussi Nicolas Dupont-Aignan,
député de l’Essonne, président du rassemblement gaulliste et fier
«d’avoir fait partie des 21 députés (contre 15 pour, ndlr) qui ont
repoussé ce texte en séance»: «En faisant voter à la sauvette, sans
scrutin public, le projet de loi Hadopi, le gouvernement a essuyé un
rejet comme on reçoit un boomerang: il s’est pris à son propre piège et
ce n’est que justice.» Pour lui, «il revient au gouvernement d’ouvrir
enfin des Etats généraux permettant de réconcilier Internet et le droit
des auteurs».

Retardé

Un avis que ne partagent pas les députés de la majorité. Pour eux, le
texte n’a pas dit son dernier mot; il reviendra en deuxième lecture
devant les deux chambres (Assemblée nationale puis Sénat). Christine Albanel l’annonce d’ores et déjà: «Le projet de loi sera à nouveau débattu, dès la fin du mois.» Ce à quoi Muriel Marland-Militello, membre UMP de la commission mixte paritaire,
ajoute que le «vote de ce matin ne fait donc que léser, pour quelques
semaines encore, la création sur Internet et par conséquent, aussi bien
les internautes que les artistes.» Problème: cela retarde encore le projet. «On va perdre du temps. C’est une obstruction parlementaire scandaleuse», a déclaré Franck Riester, rapporteur UMP du texte.

Si le texte a été rejeté, cela s’explique, dit le député centriste Jean Dionis du Séjour. C’est «l’aboutissement», d’après «d’une démarche très maladroite de l’Assemblée nationale qui a refusé de remplacer la suspension de la connexion»
des «téléchargeurs» illégaux présumés «par une amende» — préférée
notamment par les fournisseurs d’accès. Un point débattu de longues
heures dans l’hémicycle et qui constituait le socle de la loi,
instaurant une riposte graduée.

Le Parlement s’en mêle

De son côté, l’eurodéputé Guy Bono
salue dans un communiqué cette «formidable victoire pour tous les
citoyens qui sont attachés aux valeurs démocratiques dans notre pays.
Ce vote évite surtout à la France de se mettre hors la loi en Europe.»
Allusion au rapport voté par le Parlement européen qui considère comme
un droit fondamental l’accès à l’Internet, faisant de la suspension de
cet accès, prévu par l’Hadopi, une sanction anti-démocratique. Bono
enfonce le clou: il «appelle les citoyens à se mobiliser lors des
prochaines élections européennes pour confirmer ce rejet des velléités
liberticides du Président français.»

Magouille

La majorité, furax, tente de modérer la portée de ce «non» au texte.
Elle assure que son rejet n’est que le résultat d’une magouille du PS.
«Filmez bien le visage souriant des députés socialistes qui ont
vraiment fait un coup formidable, parce qu’en faisant ça ils envoient
un message catastrophique à nos artistes français, qui j’espère,
sauront s’en souvenir», a regretté Jean-François Copé (UMP) à l’Assemblée nationale.

Coup dur pour la ministre de la Culture, qui dénonce «la triste comédie
à laquelle se sont livrés les députés de l’opposition, dont une
quinzaine ont dissimulé leur présence pour surgir dans l’hémicycle à la
minute même du scrutin».

Même avis de Franck Riester:
«Pendant la discussion sur le texte issu de la CMP, les députés
socialistes n’étaient qu’une poignée. D’un seul coup, ils sont sortis
de derrière un pilier, ils ont débarqué en nombre pour un coup
politique au détriment des artistes de notre pays».

Roger Karoutchi,
le secrétaire d’Etat aux Relations avec le Parlement, crie aussi au
loup: ce sont «des actes de flibuste» de la gauche, qui consistent à
«cacher des parlementaires et à ne les faire entrer dans l’hémicycle
qu’une fois le vote appelé pour dénaturer la réalité d’un débat et d’un
vote».  Vu sur 20mintes.fr


Il paraît que même Jean Pierre Pernod en a failli s’étrangler avant de prononcer le mot "rejeté" au JT de TFS (Télévision Française Sarkozy)

J’entends déjà les klaxons dans la rue…
les gens font la fête et célèbrent ce moment de retour à la réalité !!
Il parait même que Cricri d’amour a demandé l’asile politique à la
Chine. Après un camouflet pareil, pas d’autre choix que l’exil

Bon et maintenant, ça va être quoi la suite ? Parce que bon, faut pas se leurrer, ils reviendront à la charge les salopards…  

Allez, une dernière fois pour la route…

    

Comment récupérer un Vista crashé quand on n’a pas le DVD ou le CD original

Par Korben

Si vous avez acheté un PC ou portable équipé de Vista, vous l’avez surement fait chez un revendeur ou grand contructeur comme Dell, Acer, HP, Toshiba, Lenovo, Sony, qui ont un point en commun : Ils
ne fournissent pas un vrai CD d’installation de Windows Vista mais
plutôt un truc qu’ils appellent “CD de récupération” qui si vous bootez
dessus remet à zéro votre PC dans sa config usine d’origine
… Et alors ?

Alors le problème, c’est que ces CDs ne possèdent pas de fonction de récupération de “Vista foiré” (marqué déposée).
Si par malheur vous plantez votre Vista et que celui-ci est impossible
à faire booter, vous devrez restaurer en config usine votre machine
avec votre CD moisi, en perdant évidement vos données, votre config aux
petits oignons et tous les softs qui y sont installés…

Le DVD original de Vista contient par contre tous les outils pour
détecter et “fixer” le problème. Pas cool pour vous… Heureusement, le
site NeoSmart s’est amusé à compiler une petite image iso de 160 Mb à partir d’outils freeware de Microsoft qui vous permettront quand même de sauver votre système sans avoir à acheter le DVD Windows Vista Original.

Magique !

Toutes les infos et les liens pour télécharger le CD sont ici… + Mirroir sur DivShare

On peut tout de même trouver sur Torrent pas mal d’images disque de Vista par exemple ICI


HADOPI : Quand la France s’inspire de la Chine

Hier soir, les députés français ont voté et adopté le projet de loi
Création et Internet, qui met en place un système de riposte graduée
destiné à lutter contre le téléchargement illégal et à protéger les
ayants droits du piratage d’oeuvres culturelles et artistiques. Ce
projet, très contesté, amène avec lui un ensemble de pratiques que la
Chine pourrait rapidement nous envier. Nous verrons dans un premier
point les fondements de cette loi, ce qu’elle entraînera, puis, nous
nous intéresserons à sa légitimité, à sa mise en application et à ce
qu’en pensent diverses personnalités artistiques.
 

"Internet et Création" coupe l’accès aux pirates

Les débats auront été rudes. La loi Création et Internet est en effet
loin d’être anecdotique. Elle entraînera la création d’une Haute
Autorité chargée de défendre les droits des artistes, des studios de
cinéma ou encore des maisons de disques. Afin de lutter contre le
téléchargement illégal, les réseaux P2P seront surveillés, les adresses
IP des pirates seront récoltées et un avertissement par mail leur sera
envoyé. S’ils persistent, ils recevront une lettre de menaces. S’ils
téléchargent encore, leur accès internet sera suspendu.

   

L’Etat vous impose un logiciel espion !

Récemment, un homme a été reconnu innocent, même si son adresse IP le
désignait comme coupable d’un piratage. Il a été démontré que l’adresse
IP peut être facilement usurpée et qu’elle ne peut pas servir de preuve
irréfutable pour prouver la culpabilité d’une personne. Devant cette
décision, une solution simple et radicale a été prise : forcer les
internautes à installer un logiciel espion qui sera capable de prouver
si oui ou non vous avez téléchargé un fichier en violant les droits
d’auteurs. Oui vous avez bien lu ! Un trojan ! Ces mêmes logiciels que
vos antivirus détectent comme des dangers. Si vous installez ces
logiciels "labellisés" par le Gouvernement, vous pourrez prouver votre
innocence, si vous ne le faites pas, vous serez automatiquement dans
l’incapacité de vous défendre. A noter que ces solutions seront…
Payantes !

Les offres légales seront surréférencées

Bye bye la neutralité du Net. La nouvelle loi imposera désormais aux
moteurs de recherches de ne plus classer automatiquement les sites, en
utilisant leurs algorithmes, mais au contraire, les Google et autres
Yahoo devront mettre en avant les offres de téléchargement légales. On
imagine donc que tôt ou tard, les sites comme thepiratebay.org ou les
annuaires de torrents, seront poussés vers le bas, voire même qu’ils
disparaîtront dans les méandres du filtrage, pour laisser la place aux
plateformes des majors. Un rude coup porté à ceux qui défendent bec et
ongles la neutralité de la Toile. L’Etat français deviendrait ainsi le
premier à décider ce que ses citoyens verront dans les résultats de
leurs recherches internet.

Cette loi est-elle réellement légale ?

Devant un tel acharnement, on peut se demander si l’on vit encore en
France. Même la Chine n’a pas osé le coup du trojan. Cette loi est-elle
légale ? On peut se poser la question alors même que le Parlement
Européen a à plusieurs reprises rappelé qu’il été interdit de couper
l’accès à internet comme sanction. Le Gouvernement français s’en est
sorti par une cabriole digne des juristes les plus vicieux : Il ne
coupe pas l’accès à internet, il coupe l’accès à internet à partir du
poste qui a servi à télécharger illégalement… Nuance ! Pire encore,
savez-vous que cette loi a été votée par… 16 députés ! 16 députés sur
les 577 ! Le vote de 16 personnes peut-il représenter la nation entière
? On en doute.


HADOPI : la "désintégration du droit d’auteur"

Daniel Vangarde, producteur, parolier et père d’un des Daft Punk, a
récemment envoyé une tribune libre au site PCInpact. Ce site tient
régulièrement les internautes au courant des débats concernant HADOPI.
Dans cette lettre ouverte, Monsieur Vangarde y explique que loin de
défendre les droits d’auteurs, HADOPI les détruit ! En effet, selon
lui, l’auteur est seul à décider de la façon dont son oeuvre peut-être
diffusée et utilisée, or, la Haute Autorité se substituerait donc à lui
et déciderait à sa place, de poursuites concernant ses oeuvres.

Une loi destinée à protéger les majors et non les artistes

On nous affirme souvent que cette loi permettrait de sauver l’industrie
du disque et du cinéma, que les pirates sont responsables de tous les
maux, bref, les téléchargeurs servent de parfaits boucs-émissaires.
Mais le Gouvernement et les Majors ne veulent pas entendre dire que les
"pirates" n’auraient de toute façon pas acheté ce single, cet album et
qu’ils n’auraient pas été au cinéma si ce film n’était pas sur le
réseau. Non, tout comme ils ne veulent pas reconnaître que c’est le
système actuel qui est à revoir. Pour preuve, MyMajorCompany, qui a
fait connaître le jeune chanteur Grégoire, a facilement démontré qu’un
artiste peut être produit avec peu de moyens et sans que les Majors
n’interviennent. Car cette loi n’est pas là pour protéger les artistes,
mais bel et bien les grands industriels qui vivent en se faisant des
marges énormes sur le dos des artistes. Ainsi, sur France 5, Cali
disait : "Et je crois que quand on dit que les artistes ne pourront
plus travailler… même si je suis chanteur je mets un bémol, nos
producteurs de disques se font des marges énormes, et nous, ce que nous
récoltons des fruits de nos chansons, c’est quand même très très
minime. Après, évidemment, il faut se battre, il ne faut pas
télécharger illégalement".

En conclusion, on ne peut qu’être tristement surpris et scandalisé par
l’adoption de cette loi, qui fait de la France le pays occidental et
moderne le plus répressif concernant les droits d’auteurs. La France
donne des leçons à la Chine, mais elle n’a plus rien à lui envier. Il
reste encore un espoir en la personne du Conseil Constitutionnel, qui
pourrait censurer certains articles de cette loi, voire la vider de sa
substance, mais l’avenir semble bien gris…

En bonus : Hadopi, l’impossible usine à gaz ! (véridique !)

En
ces temps d’HADOPI, d’EDVIGE ou de CRISTINA, un autre projet
gouvernemental  se révèle au grand jour : HERISSON.
Le cahier des charges, du moins la liasse qui est
présentée comme telle, laisse entrevoir un système
de surveillance de grande ampleur sur tout ce qui transite sur les
réseaux. Analyse.

La France serait-elle en voie de mettre en place
l’équivalent d’un réseau Échelon dans
l’hexagone pour surveiller et cataloguer tous les faits et gestes
de tous les médias, radio, TV et internet compris ? Tout porte
à le croire, selon une liasse de documents qui décrit le
Système Hérisson, éponyme d’« Habile Extraction du Renseignement d’Intérêt Stratégique à partir de
Sources Ouvertes Numérisées
». On pourra en découvrir la totalité sur ce lien Google Doc (le système Herisson.)

Selon ces documents qui nous ont été
présentés comme étant le cahier des charges de ce
système et daté de l’année passée,
Hérisson tend vers la mise en place d’un système de
collecte automatisée et de recherche d’informations dignes
d’un scénario de film d’espionnage ou de Matrix. La
paternité du dossier est attribuée à la DGA,
Délégation Générale pour l’Armement dont la
mission consiste au suivi et à la validation des moyens de
défense militaires et territoriales.

Dans les références de ce fameux des charges,
classées dans la rubrique « Biblio » il est ainsi
fait mention de plusieurs textes officiels dont l’instruction
générale interministérielle sur la
sécurité des systèmes d’information « qui font l’objet d’une classification de défense pour eux-mêmes ou pour les informations traitées
» ( n°900/SGDN/SSD/DR ou 900/DISSI/SCSSI/DR du 20 juillet
1993), texte qui gère le secret défense. On trouve encore
mention de diverses directives ou instructions relatives à la
protection contre les signaux parasites compromettants.

Un appel d’offres lancé en 2007

Chose certaine : le système est à rattacher à un
appel d’offres lancé en 2007 par le ministère de la
défense, la délégation générale pour
l’armement, la direction des systèmes d’armes et le service
centralisé des achats. Le marché public a pour objet
« la
Conception, réalisation et évaluation d’une plate-forme
dédiée au traitement des sources ouvertes pour le
renseignement militaire d’intérêt stratégique

». L’appel d’offres a une durée minimale de 36
mois à compter de la notification du marché et est en
phase avec ce cahier des charges.


IRC, Newsgroup, FTP, P2P, HTTP, etc.

Dans ce fameux cahier des clauses techniques particulières
(CCTP), on découvre ainsi que le système vise à
glaner à peu près tout ce qui passe sur les
réseaux aux fins notamment de renseignement militaire
d’intérêt stratégique. On peut le voir dans le
tableau ci-dessous que par exemple tous les contenus qui transitent sur
les chats IRC, les mailings listes, les forums, les réseaux
sociaux, les Newsgroups, les flux RSS, les blogs, podcasts, et les
systèmes P2P feront l’objet d’une surveillance
approfondie, avec une priorité soit « importante »
soit « primordiale » selon les flux. La plate-forme est
destinée à être installée au centre
d’expertise parisien (CEP) d’Arcueil indiquent les pages.

Mais c’est surtout dans la section « Exigences »
qu’on apprécie l’ampleur du système
Hérisson. Il est calibré ainsi pour accéder
à n’importe quel contenu ((texte, image, son et
vidéo), quel que soit les langages utilisés « HTML,
PHP, ASP… ) ») en prenant en compte « la
problématique des liens «cachés» en extrayant
les liens a minima dans les  applications flash contenues dans une
page, les codes Java Script ». Hérisson sait aussi
collecter et stocker le contenu complet d’un site FTP ou collecter
simplement son arborescence, sait télécharger les
fichiers disponibles sur un réseau P2P.

Tous les types de fichiers

Notre curieux mammifère poursuit sa longue route en ayant
« la capacité de collecter des données via les
protocoles : MMS (flux vidéo type Windows Media Player) RSTP
(flux vidéo type Real Player) POP3 (messagerie) », et donc
des emails. Pour faire bonne mesure, « le système
HÉRISSON a la capacité de gérer un éventail
large, non restreint et évolutif de formats de documents de type
: Vidéo (AVI, MPG, MOV, MP4, Real, FLV, OGM …) ; Audio (WAV,
MP3, OGG…) ; Image (BMP, JPG, TIFF…) ; Texte (HTML, MHTML, Open
Document, Open XML/Microsoft Office, Adobe PS/PDF, Flash).

L’œuvre d’observation
et de collecte « prend [aussi] en compte la problématique
du Web invisible en proposant des moyens, méthodes et outils,
permettant l’accès à ces sous-ensembles du Web Invisible
». Le tout est archivé et chaque mise à jour
« d’un gisement Web, FTP ou NMTP » fait l’objet
d’un stockage différencié pour tenir compte des
évolutions des contenus amassés.

Le système s’attaque aussi bien au web qu’aux radios
et aux TV. Ainsi, les langues des documents audio devant être
identifiées dans le système HÉRISSON sont :

[P]rimordial : le français, l’anglais, l’arabe, le russe, le farsi.
[I]mportant ; l’espagnol, l’allemand, , le chinois mandarin,
l’italien,k le serbo-croate, l’hindi, le japonais, le coréen, le
turc, l’ukrainien, l’hébreu, l’urdu, l’albanais, le
macédonien.
[S]ouhaitable : le néerlandais, le grec, le portugais, le polonais.
 
Pour les images, Hérisson permet l’accès aux
caractéristiques brutes et aux métadonnées d’une
image, « comme
le type et les caractéristiques d’encodage, la
résolution, le taux de compression, les champs EXIF, les
statistiques usuelles liées à l’image histogramme,
moments centrés…), … il note aussi la provenance de l’image
(URL pour les images obtenues via Internet) et éventuellement le
nom du photographe
». Hérisson « reconnaît
les images transformées » et « lorsqu’une
photographie a subi des transformations (rotations, changement
d’échelle, compression, modification des contrastes,…), [il]
sait reconnaître l’image originale parmi les images qui en sont
issues
».

Pour pousser un peu plus loin l’excavation des données glanées, Hérisson permet « la
détection et classification d’objets contenus dans une image
(personne, véhicule, meuble…). Cette fonctionnalité
sera évaluée avec les méthodologies
utilisées dans les évaluations Techno-Vision/ImagEval,
tâche n°4, PASCAL VOC (Visual Object Classes challenge), et
CLEAR (tâche « 2D Face détection »)
». Sur les vidéos, HÉRISSON « permet
la détection et l’identification de personne dans une
vidéo. Cette fonctionnalité sera évaluée
avec la méthodologie utilisée dans l’évaluation
CLEAR (tâche « person identification »)
»
 
Reconnaissance de caractères, faciale et d’objets
 

S’ajoutent à la [très] longue liste, la
reconnaissance des caractères (détection du texte,
détection des colonnes, détection de zones de texte,
détection de tableaux, détection de formats de
caractères et de polices, détection de graphiques, etc.),
la détection d’éléments « de
contexte d’une image (photo couleur, photo noir&blanc, reproduction
artistique, visage, scène intérieur/extérieur,
ville/campagne/bord de mer/montagne/…, jour/nuit;
présence/absence d’objets manufacturés où
d’artefacts d’origine humaine, …)
»…

Des données exploitées par un moteur multicritère

Une fois la masse de données stockées,
l’exploitation se fait avec une fonction de recherche
avancée (ou multicritère) qui permet a minima de
préciser une combinaison booléenne des paramètres
suivants:

Date (avec intervalle),
Taille (avec un intervalle),
Type de document (texte, image, graphique, vidéo, audio),
Format de fichier,
URL d’origine.
Les propriétés du contenu :
L’exclusion de mot,
Une expression exacte,
La combinaison booléenne entre les mots-clés,
Les mots commençant par une chaîne de caractères donnée,
Distance entre les mots dans le texte,
Expression régulière,
Localisation dans la page (titre / corps de texte),
Une écriture phonétique,
Une orthographe approchée,
Dans une page (URL) précise,
Dans les pages contenant un lien précis.

Exemple piquant, « Le
système offre la possibilité de reconnaître
l’entité elle-même de plusieurs manières
différentes: Soit par mention explicite. Exemple : «
Nicolas Sarkozy », Par mention relative (« le nouveau
président français »), par mention partielle
(« Monsieur Sarkozy », « le Président
»), par anaphore (« il », « celui-ci »),
par surnom (« Sarko »)
».

Nous devrions avoir plus d’informations prochainement sur ce système…

From : http://www.marcfievet.com/article-29296487.html

Pour votre sécurité, votre logiciel de Contrôle Gouvernemental a bloqué l’accès à ce site Internet.

 

Causes les plus probables :

Essayez l’une des solutions suivantes :

 

Consultez l’annuaire des sites Internet approuvés par l’Autorité Gouvernementale.

 

Si vous êtes certain que ce site présente tous les critères de moralité
et de conformité autorisant sa consultation, vous pouvez outrepasser cet avertissement de sécurité et poursuivre votre consultation du site.
Vous engagez dans ce cas votre responsabilité pénale, et votre consultation de ce site sera automatiquement notifiée aux Autorités Compétentes.
Il est rappelé pour votre protection que la consultation volontaire
d’un site Internet non autorisé est passible de sévères sanctions
pénales.

 

 

Dans le souci d’une amélioration constante de la qualité du réseau
Internet, si vous constatez la présence de ce message d’avertissement
sur l’écran d’un tiers, relation, ami, collègue de travail ou membre de
votre famille, nous vous remercions de faire acte de civisme en le
signalant sans tarder au Ministère de la Délation.

 
 Merci à http://petaramesh.org/ pour son sens de l’humour !                               
 

HADOPI : vers un piratage massif de connexions WiFi?

Débat électrique à l’Assemblée comme sur le net, la loi HADOPI déchaîne et déchire.
Cette loi prévoie des collectes massives d’adresses IP sur les réseaux de peer-to-peer
afin d’engager par la suite des poursuites.
Un filtrage de l’internet pourrait également être envisagé en France.


On est pour ou contre, mais il faut savoir que les personnes s’y connaissant

un minimum en sécurité informatique sont très sceptiques, craignant que des


innocents se retrouvent devant un tribunal pour un "crime" qu’il n’ont pas


commis.


Actuellement, la plupart des abonnés ADSL en France ont une box : livebox, freebox, 9box,…
C’est simple, c’est pratique, on se branche et on est connecté. Il paraît même que l’on peut
avoir internet depuis le fond de son jardin grâce au WIFI !
Merveilleuse technologie, symbole de liberté, flexibilité,…mais connaissez-vous le WEP ou le WPA ?
Aïe, ça se complique. Pour faire simple, cela permet de crypter les échanges de données entre
votre ordinateur connecté en WIFI et votre Box.

Avant de nous embarquer dans des considérations techniques, nous allons tout d’abord comprendre
les enjeux d’une bonne sécurité de votre réseaux internet domestique. Le WIFI émet des ondes
dans toutes les directions, et suivant la puissance de votre petit récepteur incorporé à votre ordinateur,
vous pouvez plus ou moins bien capter le signal à 10-20 ou 30 mètres.
Or, déjà à 10 mètres, cela veut dire que quelqu’un dans la rue, ou votre voisin peut également capter
votre signal et aller sur internet grâce à votre abonnement.

Vous vous dîtes que vous n’avez rien à cacher ? Vous êtres misanthrope et de tempérament partageur ?
Halte là ! Car légalement, vous êtes responsable de la sécurisation de votre connexion. C’est à dire
que si un petit rigolo pirate un site au travers de votre Box, vous êtes légalement responsable !
Vous comprenez maintenant l’enjeu d’une bonne sécurisation de votre WIFI.

Ne vous inquiétez pas (enfin pas encore) car votre WIFI n’est pas "ouvert" de base. Lors de votre
première connexion, vous avez sûrement rentré une série de chiffre du type DAC7-54D9-6DEC-24A1-53A2-F239-91.
Voila, ça, c’est le mot de passe pour se connecter chez vous en WIFI. La plupart des possesseurs
de Box ont ce système activé. C’est déjà une petite protection…mais loin d’être suffisant ! En effet cette technologie est
dépassée depuis au moins 2003, date à laquelle il a été montré que l’on peut "écouter" une conversation WIFI
à plus d’un kilomètre ! Aujourd’hui, grâce au logiciel grand public aircrack il est possible de casser une clé WEP
en trois minutes montre en main. Ce logiciel est de plus légal, car il permet à la base aux administrateurs réseaux
de tester la sécurité de leur réseaux.

Que faire ? Alors, soit vous appliquez un filtrage par adresse MAC soit vous passez en WPA….
A que quoi ça ? Le filtrage par adresse MAC utilise le numéro unique qui identifie votre ordinateur.
Sur les livebox par exemple, sans le savoir, quand vous synchronisez un ordinateur vous réalisez un filtrage par
adresse MAC. C’est à dire que même si un ordinateur à votre clé WEP, s’il n’a pas la bonne adresse MAC,
il ne pourrait pas se connecter. C’est déjà un bon début, mais loin d’être suffisant car un utilisateur moyen.
On pourra facilement capter l’adresse MAC de votre PC par onde WIFI, et changer son adresse MAC
par la vôtre en utilisant le logiciel SMAC (MAC Adress Changer) par exemple.




Passons alors au WPA. Le Wi-Fi Protected Access a été créé en réponse à la faiblesse du WEP.

Le problème est que bien souvent, ce n’est pas l’option de chiffrement pas défaut, et qu’il faille rentrer
dans le routeur pour en changer la configuration : tout le monde ne sait pas comment faire, et les

hotlines seront d’un maigre secours. Autre petit problème, le WPA n’est pas compatible avec toutes les cartes


réseaux : en gros le WPA ne marche pas avec tous les PC, une mise à jour étant parfois nécessaire.


Et encore autre problème : il est aujourd’hui possible de
casser une protection WPA . Même si le crack WPA
a encore une portée limitée, on peut s’attendre à la découverte de nouvelles failles de sécurité dans les
mois/années
qui viennent.



Il est à craindre que le piratage de connexion WIFI deviennent un sport national en France si la loi HADOPI passe.

Ce type d’intrusion est même plus répandu qu’on ne le croit, étant surtout réalisé par des étudiants qui n’ont

pas de connexion internet. De plus avec de simples boîtes de ravioli il est possible de
réaliser des antennes WIFI pas cher (ici)
ou permettant d’optimiser la portée de réception WIFI d’un PC et de capter les signaux de tout un quartier.



Si les grandes entreprises ont les moyens de se payer des experts en sécurité, c’est loin d’être le cas des

particuliers ou de toutes les PME, qui vont pourtant bien devoir se protéger, sous peine de recevoir tôt ou

tard des avertissements leur injonctionnant d’arrêter de télécharger. Pour une petite entreprise, ce sera soit se

payer un administrateur réseau, soit se payer une coupure de connexion internet. Et encore, tous les

administrateurs réseaux ne sont pas compétent en WIFI !




HADOPI se propose de collecter à la volée les adresse IP (une adresse que vous donne votre fournisseur

d’accès pour aller sur internet) sur les réseaux comme eMule, ou Bittorent. Il faut déjà savoir que ne téléchargent
sur eMule que les personnes ne s’y connaissant pas trop, tous les gros pirates étant passés au Warez, Newsgroups ou Torrent
Ensuite sur le torrent, des fournisseurs de tracker (liens) comme The Pirate Bay génèrent aléatoirement des adresses IP
qu’ils balancent sur leur réseau, afin de tromper les collecteurs d’adresses. De plus, il est possible de masquer son

adresse IP à la manière du changement d’adresse MAC (on parle d’
IP Spoofing).



Ce que va réussir HADOPI, c’est surveiller des serveurs désert d’une technologie de téléchargement illégal dépassée

depuis plusieurs années. Même si le site de warez Oleoo est tombé, avant de réussir à infiltrer tous les forums donnant
des liens de films hébergés sur Megaupload ou Rapidshare les téléchargeurs auront migré vers les newsgroups, ou services Usenet qui

désormais propose des connexions sécuriséss SSL, protocole utilisé pour transporter sur internet des données bancaires par exemple.




Si tout ce qui a été dit au-dessus vous semble bien compliqué, et que vous pensez que le piratage de connexion WIFI

est réservé à une élite, je vous invite à lire le rapport que l’UFC Que-Choisir a demandé à un huissier de justice de réaliser…

Si la loi passe, alors il faudra craindre des procès-exemples contre des mamies de 80 ans accusées d’avoir piraté une

centaine de films de MarcDorcel, ou l’entreprise Boiserie Duch’mol de mettre à disposition du monde entier tous les
albums de Johnny…



HADOPI, de par le filtrage du net, est la porte ouverte vers la
censure généralisée comme le pratique la Chine !
Le gouvernement a refusé de mettre en place le filtrage pour les sites de pédopornographie, mais il n’hésite pas à le

mettre en place pour les majors ! Comme quoi, comment souvent en -apparente- démocratie, pour faire passer

une mesure impopulaire, on nous ressort les vieux arguments démagogiques que la ménagère de moins de 50 ans
est à même de comprendre, sans que celle-ci ne puisse voir le cheval de troie caché derrière…

****NON à HADOPI



A diffuser largement !

A lire :

Le Peer-To-Peer : un pilier de l’économie multimédia
IP : la démonstration de l’UFC-Que Choisir