… ou les armes de destruction massive qui n’osent pas dire leur nom.

" L’uranium appauvri [des missiles] correspond à la description d’une bombe sale dans tous les sens … Je dirais que c’est l’arme parfaite pour tuer beaucoup de gens."

Marion Falk, physicien chimiques (ret), Laboratoire Lawrence Livermore , Californie, USA

Burns : Que je soit damné si je paie un seul dollar pour me débarrasser de ces déchets nucléaires !

Smithers : Si seulement nous pouvions transformer cette dépense en profit, Monsieur.

Buns : La dépense en profit, comme le plomb en or… Beaucoup d’alchimistes ont perdu leur vie entière à tenter l’impossible.

Burns : Oui, oui ! Le mal et le profit à l’état pur : ma combinaison préférée. Et arrêtons de jeter mon uranium – je vous ferai un chèque pour çà !

Smithers : Votre génie m’inspire, Monsieur ! Le gouvernement va acheter nos déchets, les transformer en balles de guerre et en bombes, et les lancer sur les ennemis de la liberté !

Dans les 24 premières heures de l’attaque libyenne, des bombardiers B-2 des États-Unis ont lâché 2000 bombes de quarante-cinq livres. Ces bombes massives, ainsi que les missiles de croisière lancés depuis des avions britanniques et français et aussi de navires, tous contenaient des ogives à l’uranium appauvri (UA).

L’uranium appauvri est le produit des déchets du processus d’enrichissement du minerai d’uranium. Il est utilisé dans les armes nucléaires et les réacteurs. Parce qu’il est une substance très lourde, 1,7 fois plus dense que le plomb, il est très apprécié par les militaires pour sa capacité à percer les véhicules blindés et des bâtiments. Quand une arme faite avec une pointe en UA frappe un objet solide comme du côté d’un réservoir, il la transperce directement, et éclate alors dans un nuage de vapeur brûlante. La vapeur se dépose sous forme de poussière, qui est non seulement toxique, mais aussi radioactive.

Un impact de missiles à l’UA peut monter à 10.000 degrés C. Quand il frappe une cible, 30 % du missile part en éclats. Le reste soit 70 % s’évapore en trois oxydes hautement toxiques, dont l’oxyde d’uranium. Cette poussière noire reste en suspension dans l’air et, en fonction du vent et de la météo, peut se propager sur de grandes distances. Si vous pensez que l’Irak et la Libye sont loin, souvenez-vous que les radiations de Tchernobyl ont atteint jusqu’au Pays de Galles.

Les particules de moins de 5 microns de diamètre sont facilement inhalées et peuvent demeurer dans les poumons ou d’autres organes pendant des années. L’UA intériorisée peut causer des lésions rénales, des cancers du poumon et des os, des maladies de la peau, des troubles neurocognitifs, des dommages chromosomiques, les syndromes de déficience immunitaire et rénales rares et des maladies intestinales. Les femmes enceintes exposées à l’UA peuvent donner naissance à des enfants avec des anomalies génétiques. Une fois que la poussière est vaporisée, ne vous attendez pas à ce que le problème disparaisse  bientôt. Comme un émetteur de particules alpha, l’uranium appauvri a une demi-vie de 4,5 milliards d’années.

Dans l”attaque contre l’Irak amoureusement baptisée  «shock and awe» (choc et terreur), plus de 1.500 bombes et missiles ont été larguées rien que sur Bagdad. Seymour Hersh a affirmé que la Troisième Armée de Marine Aéorportée à elle seule a largué plus de « cinq cent mille tonnes de munitions". Tout cela à pointe ou ogive en uranium appauvri.

Al Jazeera a rapporté que les troupes américaines ont tiré deux cents tonnes de matières radioactives dans les bâtiments, les maisons, les rues et les jardins de Bagdad. Un journaliste du Christian Science Monitor a pris un compteur Geiger pour les parties de la ville qui avait été soumis à d’intenses bombardements par les troupes américaines. Il a trouvé des niveaux de rayonnement de 1.000 à 1.900 fois plus élevé que la normale dans les zones résidentielles. Sur la population de 26 millions d’âmes, les États-Unis ont largué une bombe d’une tonne pour toutes 52 citoyens irakiens soit 40 livres d’explosifs par personne.

William Hague (ministre des affaires étrangères britannique actuel – conservateur) a déclaré que nous sommes en Libye " pour protéger les civils et les zones civiles peuplées ". Vous n’avez pas à chercher bien loin pour qui de quoi elles sont « protégées ».

Dans les 24 premières heures les « alliés » ont « dépensé » £ 100 millions de livres britanniques (£ = 13.5 millions d’euros) de munitions à l’UA. Le rapport de l’Union européenne de contrôle des armements a déclaré que les États membres ont délivré des licences en 2009 pour la vente 293, de £ d’armes et de systèmes d’armes à la Libye. La Grande-Bretagne a accordé des licences aux firmes d’armement pour la vente de 21,7 millions de £ d’armes à la Libye et qui ont également été versées par le colonel Kadhafi pour envoyer le SAS former sa 32e brigade.

Pour les 4,5 milliards d’années prochaines, je parie que William Hague ne partira pas en vacances en Afrique du Nord.


Une note sur les sources

Les militaires et les politiciens sont très timides sur les utilisations de l’uranium appauvri, mais nous savons que l’UA est ou a été utilisé dans les munitions suivantes. La liste n’est pas exhaustive:

Sources : Rapport sur les liens financiers entre les banques et les fabricants de systèmes d’armement controversés (mines antipersonnel, bombes à sous-munitions , armes nucléaires et à l’uranium appauvri)

La suite en cours de traduction sur http://stopwar.org.uk/content/view/2321/27/

Publicités