La ferveur révolutionnaire va s’étendre au delà des états arabes vers l’Europe, avertit le prévisionniste Gerald Celente

Transcription : Pierre Jovanovic / Ici et Maintenant http://www.jovanovic.com/celente-jovanovic.htm
KINGSTON, Etat de New-York , 1 February 2011 –
 

Quand le gouvernement tunisien est tombé, les mass-médias et leur écurie d’experts – qui ont été très surpris par ces évènements – sont rapidement intervenus pour proclamer l’évidence : les citoyens d’autres pays Arabes seraient encouragés pour défier leurs gouvernements autocratiques et corrompus.

Maintenant l’Egypte est secouée par l’insurrection et l’Algérie, la Jordanie, le Maroc et l’Yémen sont déjà visés pour un changement révolutionnaire. Les royaumes plus riches et contrôlés plus fermement du Moyen-Orient ne seront pas immunisés aux défis de leur population pour briser les chaînes de l’autorité royale.

Mais, comme je le prédisait dans le Trend Journal, ce n’est pas seulement le Moyen-Orient qui est destiné à ressentir des bouleversements violents. Ce qui transpire dans le monde arabe s’étendra partout dans beaucoup d’états européens. Tandis que l’on parlera d’appel aux armes dans des langues différentes, les causes sous-jacentes seront les mêmes.

En décembre 2010 (avant que la Tunisie ne fasse les gros titres de la planète) nous avons publié une alerte intitulée, " Qu’on leur coupe la tête ! “

NDT : L’expression “ Off with their heads ! “ est une citation directe du conte de Lewis Carroll que le personnage de la Reine de Cœur prononce à loisir dans des procès expéditifs et souvent pour le moindre petit délit, notamment contre Alice, s’ensuit une rébellion des accusés ce qui donne lieu à une fureur encore plus grande de la monarque. Donc rien à voir avec une référence à la Révolution française, même si les anglo-saxons ont aussi en mémoire cet épisode historique…Ici, Celente rappelle les manifestations étudiantes à Londres, où le Prince Charles et Lady Camilla avaient failli être blessés par des projectiles lancés à travers les vitres de la Rolls royale, sous les vociférations des jeunes manifestants. Shocking, isn’t it ?

 

Dans notre bulletin nous avons prévu  "une longue guerre entre le peuple et les classes dirigeantes." Nous avons noté que, " quelqu’un mettant en doute l’intensité de la colère bouillante des gens est coupé de la réalité, ou dans le déni."

Ce n’était pas la colère arabe qui nous a conduit à cette prévision mais les manifestation des travailleurs et les révoltes étudiantes qui ont rempli les rues d’’Europe. L’imposition de mesures d’austérité draconiennes avec des impôts sans cesse plus élevés, ajoutée aux hausses des frais de scolarité, des pertes de recettes, la réduction des services de l’Etat, les suppressions d’emplois publics, ont mis en rage jeunes et moins jeunes contre un système qui a avantagé les privilégiés et puni les prolétaires.

Bien que des millions de gens aient défilé dans les rues d’Athènes, Bruxelles, Dublin, Lisbonne, Londres et Madrid (NDT : aussi en France pour la sauvegarde des retraites), lorsque les manifestations ont pris fin, les gouvernements ont été à peine ébranlés, et encore moins renversés. Contrairement aux régimes arabes autocratiques, où la main de fer de la répression ne pourra être brisé par la violence, dans les états “ démocratiques “ occidentaux, l’illusion de la représentation élue et les gouvernements promettent d’atténuer la violence.

La presse et les politiciens encaissent les protestations qui suivent leur cours, les gens acceptent leur sort, et, qu’’ils le veuillent ou non, en subissent les conséquences. Les manifestations, cependant, n’ont pas faibli. Les plans économiques d’austérité et la hausse du chômage continuent à ravager les classes moyennes inférieures. Comme nous l’écrivions dans le Trend Journal de décembre, " ce n’est qu’une question de temps avant une série d’évènements mineurs enflamment l’opinion, déclenchant des soulèvements incontrôlables, des coups d’état (sans effusion de sang et / ou militaires), des émeutes et des révoltes pour abattre le monde financier ". Les conséquences imprévues des changements de régime en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, et les soulèvements que nous prévoyons déstabiliseront l’Europe tout aussi dramatiquement, ayant pour conséquences le renversement de gouvernements. Les appels des présidents, premiers ministres, des ministères et autres experts en politique étrangère pour " une transition ordonnée du pouvoir “ ne sont plus qu’un double langage diplomatique et du brassage d’air. Comme si une révolution était propre et simple.

NDT : Les américains ont été abreuvés sous les néo-conservateurs d’images de guerres éclair et autres frappes “ chirurgicales “ lors des conflit en Iraq et Afghanistan. Sans doute Hollywood qui déteint sur la manière de présenter les choses par les politiciens et journalistes… Le niveau zéro intellectuel est presque atteint. .

Comme nous le verrons en Egypte, des coups d’Etat militaires seront déguisés en changements de régime.  Déjà, le public est conditionné pour voir les militaires égyptiens comme des libérateurs bien-aimés. Mais en fait, ils sont tout simplement un autre bras du gouvernement autocratique, pas plus familier avec les idéaux démocratiques que le dictateur qu’ils remplacent …et qui est lui-même issus des rangs de l’armée.

Les dirigeants du monde et les médias mondiaux ne veulent pas voir le soulèvement égyptien pour ce qu’elle est : un prélude à une série de guerres civiles qui mèneront à des guerres régionales, qui mèneront à la première " Grande Guerre " du 21ème siècle. (Voir « The History of The Future: Trends 2012 : The Great War », Trend Journal, printemps 2010)

©MMXI The Trends Research Institute
Traduction personnelle
Publicités