Vaccination et Big Pharmas : vers globalisme et Nouvel Ordre Mondial

News of Tomorrow 05/10/09 http://www.newsoftomorrow.org/spip.php/spip.php?article6506

Introduction : pourquoi tant de bruit autour d’une Grippette ?

Citons le professeur de médecine et
député Bernard Debré, que j’entendis
à la télévision, et qui déclara le 26
juillet 2009 à l’Express, puis dans le Journal du
Dimanche :

« La grippe A (H1N1) n’est pas
dangereuse. On s’est rendu compte qu’elle était
peut-être même moins dangereuse que la grippe
saisonnière. Alors maintenant, il faut siffler la fin de la
partie ! » Ce n’est ni la peste, ni le
choléra ! »

Rappelons quelques chiffres récents : 147
000 consultations en France hebdomadaires semaine 39, (le seuil
épidémique est dépassé, avec 234 cas / 100
000h), 147 hospitalisations et 6 décès en
Métropole. Comparons à la mortalité habituelle de
la grippe annuelle : 1500 à 2000 décès
annuels en France.
Les statistiques mondiales de l’OMS au 20 Septembre
indiquent : « 300 000 cas confirmés de grippe A
et 3197 morts dans 191 pays.
Les trois souches principales de la grippe saisonnière …
sont la cause de 250’000 à 500’000
décès chaque année dans le monde. »
Autrement dit, en France et à l’échelle mondiale la
Grippe A est fort peu létale par comparaison à la grippe
saisonnière.

« Bien sûr, ce virus peut muter et
devenir virulent. Pour l’instant ce n’est pas l’avis
exprimé par la majorité des virologues… Admettons que
le pire se produise. Est-on certain que les vaccins commandés
seront efficaces ? Non » tranche Bernard Debré
qui qualifie d’ « erreur
économique » le fait d’avoir commandé
tous ces millions de doses fermes de vaccin contre un virus qui mute
à tout bout de champ.

Selon le professeur Debré, les gouvernements
"n’avaient pas vraiment d’autre choix que de suivre",
après que l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS)
eut, "de façon un peu rapide, commencé à
gesticuler, avec des communiqués quotidiens et des
conférences de presse à répétition". Mais
il leur "reproche d’avoir ensuite succombé à une
surmédiatisation politique de cet événement."

Que devons nous comprendre ?

Que les virus comme ceux de la Grippe et du Sida mutent
très souvent, ce qui rend le développement d’un
vaccin efficace problématique, et d’une durée
limitée : jusqu’à la mutation suivante.
Mais encore, que la grippe A-H1N1 n’est pas dangereuse, et ne
nécessite donc pas une vaccination de masse.
Et ensuite, que si le virus mutait et devenait virulent cette fois, les
vaccins achetés ne seraient pas efficaces, puisque la souche en
cause ne serait plus « H1N1 ».
Et pour terminer, l’OMS a créé la peur par ses
communiqués inquiétants, ce qui – selon le professeur
Debré – a incité les gouvernements à acheter des
vaccins inutiles et coûteux, et à prévoir des plans
de vaccination de la population.
Un autre expert, le Dr Marc Girard,
conseil en pharmacologie, confirme dans ‘Le Moniteur des
pharmacies’ : « Le gouvernement est dans un
état de panique. Il faut quand même bien se rendre compte
que les nouveaux vaccins vont apparaître sans avoir
été sérieusement évalués.
C’est la première fois que je vois un calendrier fixe pour
une obtention d’AMM. Pour moi, cela signifie que les
dés sont déjà jetés : l’AMM ne
sera pas refusée. »
La précipitation est donc confirmée par cet expert, qui
va jusqu’à dire que les évaluations de risques des
vaccins ne seront pas effectuées dans les règles de
sécurité recommandées, en raison de
l’urgence décrétée.

La Grippette H1N1, fruit de mutations curieuses ?

L’étrangeté est de retrouver dans
cette mutation H1N1, des gènes venant de 4 souches
différentes , car la probabilité que 4 souches se soient
simultanément mélangées naturellement (ayant
été en contact direct donc) est extrêmement faible.
L’Express du 18/06/09, page 28 titrait même :
« Virus artificiel » et citant le
Président de l’institut des questions
géo-politiques à Moscou, l’ex-général
Ivanov : « croit détenir la clé des
pandémies qui semblent se multiplier. Selon lui, le virus A
H1N1…a été fabriqué dans des laboratoires
par des médecins militaires ».
Plus grave, la déclaration de Ivanov : « il cite
les ‘Renseignements Américains’ sans plus de
précision, qui estimeraient à quelque ‘3 milliards
de personnes’ la surpopulation de la planète d’ici
à 2015. » puis en conclusion de
l’article : « Ivanov, le plus sérieusement
du monde, y voit une ‘stratégie
globale’ ». Il est vrai qu’avant la
Pandémie de grippe A H1N1, nous avions connu récemment
(2005) la grande frayeur de la grippe aviaire….H5N1. Donc les
pandémies grippales sont rapprochées. Mais plus
étrange est l’information selon laquelle ‘certains
spécialistes’ estimeraient qu’il y a une
surpopulation, ce qui laisserait entendre une stratégie de la
pandémie pour réduire la population. Nous y reviendrons.

Les Alertes
répétées à une évolution grave de la
pandémie selon l’OMS et l’ONU

Le 11 Juin 2009, l’OMS déclara la phase 6,
soit la Pandémie mondiale.
Le 17 Juillet, l’OMS avertit : Le virus pandémique
A(H1N1) 2009 "se répand au niveau international à une
vitesse sans précédent".
Le dernier rapport ‘confidentiel’ de l’ONU,
s’appuyant sur l’OMS, est révélateur :
« La pandémie de grippe A/H1N1 pourrait faire des
millions de victimes dans les pays en voie de développement et y
provoquer une désorganisation des États ».

Nous devons admettre que le foyer de
l’inquiétude et de la peur a bien comme sources
l’OMS et l’ONU. Or nous savons que la mutation H1N1
n’est PAS virulente, comment ces organismes peuvent ils affirmer
que cette mutation là sera la cause du décès de
millions de victimes ?

Mais alors, que dit le Gros Bon Sens ?

En premier lieu, remercions le professeur Debré,
un homme doté du « GBS » au plus haut
niveau. En exprimant ses doutes, il a en effet permis de discerner les
incohérences entre le discours et la réalité.
Notre G.B.S. – qui devrait être notre GPS mental, pour nous
retrouver dans ces informations, nous dit qu’il n’y a pas
de hasard dans l’apparition d’une grippe H1N1,
résultat de tant de mutations simultanées (gènes
de 4 souches). Ni dans la campagne de peur qui est émise par les
organisations mondiales, relayée par les gouvernements, pour
imposer l’idée que la vaccination des populations est
indispensable, pour l’instant limitée à certaines
catégories toutefois…avec des ordres de priorité.
Cette campagne pour inciter à la vaccination de masse
méprise toute logique de risque : la létalité
de cette grippette est insignifiante, alors que les effets secondaires
des vaccins ne sont pas en général, à
négliger. L’OMS le déclare bien sur son site :
« Il n’existe pas de vaccin
« parfait » qui protège tous ceux à
qui il est administré ET qui soit entièrement sûr
pour tous. »
Le principe de précaution est en quelque sorte
inversé : les autorités voudraient une vaccination
générale contre une maladie anodine, avec des vaccins
dont les effets à long terme ne sont pas
déterminés. Cela mérite donc d’aller plus
loin.

Les plans de vaccination des États

Lorsque nous nous intéressons à la
mission de l’OMS et aux dispositions prévues en cas de
Pandémie , nous trouvons sur le site officiel de l’OMS les
informations suivantes :
L’OMS est chargée de :
« Mener une action conjuguée avec les organisations
et instances internationales du secteur de la santé et autres
afin de coordonner les interventions. »
Dans les pays pas encore touchés par la Pandémie :
« Finaliser les préparatifs en vue d’une
pandémie imminente, notamment en mobilisant le(s)
comité(s) de crise et en déclenchant les systèmes
nationaux de direction et de contrôle des
opérations. »
Dans les pays touchés par la Pandémie :
« Donner si besoin est un statut particulier, par exemple en
déclarant l’état d’urgence. »
« Évaluer si une aide extérieure est
nécessaire pour répondre aux besoins d’ordre
humanitaire. »
Que comprendre à cela avec notre GBS ?
Comme on peut donc le lire sur le site officiel de l’OMS, les
conséquences d’une ‘Pandémie’
déclarée par l’OMS sont extrêmement
importantes, au niveau des préparatifs avec des
« comités de crise » et des
« systèmes nationaux de direction et de
contrôle des opérations », autrement dit des
« plans d’urgence pandémique », et
lorsque la pandémie est déclarée, un statut
particulier tel que l’État d’Urgence, et
l’intervention de moyens extérieurs (humanitaires, mais
possiblement aussi policiers ou militaires) dans le pays touché.
Ce qui peut signifier l’envoi de personnels étrangers dans
le pays en État d’Urgence.
Poursuivons notre lecture :
L’OMS est chargée de :
« Formuler des recommandations relatives à la
composition du vaccin antigrippe pandémique et enclencher la
production de celui-ci si cela n’a pas déjà
été fait. Faciliter l’élaboration de lignes
directrices nationales afin que les autorités de chaque pays
puissent mener des campagnes de vaccination ciblées si un vaccin
contre la grippe pandémique est disponible. »
Donc l’OMS recommande (aux fabricants) le composition du vaccin
pandémique, ce qui implique des relations
« étroites » entre l’OMS et les
compagnies pharmaceutiques – nous approfondirons donc cela plus
loin.
L’OMS élabore les lignes directrices nationales pour les
autorités des pays, afin qu’elles mènent les
campagnes de vaccination ‘ciblées’.
Les autorités sanitaires des pays membres adoptent les mesures
nationales recommandées par l’OMS, et nous lisons encore,
pour les pays touchés par la pandémie :
« Évaluer la situation et déterminer
s’il faut interdire, limiter ou reporter les rassemblements
importants.
Établir des plans de distribution des vaccins et
accélérer les préparatifs en vue des campagnes de
vaccination de masse.
Mettre en oeuvre des campagnes de distribution des antiviraux et/ou des
vaccins à titre prophylactique en fonction des priorités
et de la disponibilité de ces derniers, conformément aux
plans nationaux.
Dans la mesure du possible surveiller la sécurité et
l’efficacité des interventions pharmaceutiques et
contrôler l’approvisionnement. »
Nous voyons confirmée l’existence des plans nationaux, de
campagnes de vaccination de masse, de restrictions de la liberté
de rassemblements et de réunion, et le cas
échéant, la surveillance de l’efficacité et
de l’efficacité des opérations, ce qui peut
signifier l’usage des forces de l’ordre. Tout cela
s’inscrit dans le contexte d’État d’Urgence,
et d’une loi Martiale donc, restreignant les libertés
telles que le droit de circuler et de se rassembler, voire de
sécuriser par la force l’intervention pharmaceutique.

Donc l’OMS est bien à l’origine des
lignes directrices que l’on trouvera dans les plans de
vaccination nationaux. Cela n’est pas surprenant, puisque
l’OMS est l’organisation mondiale dont la compétence
est reconnue par les 194 états membres. Mais la diffusion des
informations alarmistes sur la grippe H1N1 est-elle un signe de recul
scientifique et de pondération ?

Nous constatons donc, avec notre GBS, que le
déclenchement de l’État d’Urgence et des
plans de vaccinations de masse, dépendent du choix de la
déclaration de la phase 6 de la pandémie, en relation
avec l’OMS, par les autorités sanitaires d’un pays.
Ce statut est certes lié à des considérations de
santé, mais nous ne pouvons pas exclure d’autres facteurs,
d’ordre politique. Comment expliquer par exemple, que l’OMS
a déclaré la pandémie de grippe H1N1 en phase 6 le
11 Juin, mais qu’en France nous restons en 5A, alors que le seuil
épidémique est largement dépassé depuis
quelques semaines ? Qu’est-ce qui ferait basculer en phase 6
notre pays ? L’apparition soudaine de nombreux
décès ? Mais étant donné
l’absence de dangerosité réelle de la grippe H1N1,
ce cas de figure dramatique résulterait obligatoirement
d’une autre souche…

Les plans de lutte contre la pandémie dans quelques pays

France :

Pour les entreprises, la circulaire DGT 2007/18 du
18/12/2007 fait référence au « plan national
de prévention et de lutte ‘pandémie
grippale’ » et enjoint de préparer un
‘plan de continuation d’activité’ en cas de
pandémie.

Pour la population Française en
général, il existe un « Plan National de
prévention et de lutte ‘Pandémie
Grippale’ » , la première version est
d’Octobre 2004, lors de la première Pandémie
sur-médiatisée par l’OMS, la « fameuse
grippe Aviaire H5N1 ». Cette grippe a fait 248 morts au 31
Décembre 2008. La dernière version du plan est du 20
février 2009, donc (opportunément) révisée
peu de temps avant que la pandémie de grippe A-H1N1
n’apparaisse au Mexique, mi-Mars 2009. La grippe ‘A’
d’abord appelée mexicaine, puis porcine, fut
appelée « A-H1N1 » par l’OMS, le 30
Avril 2009.
La circulaire la plus récente élaborée par la
ministre de la santé (Roselyne Bachelot) et le Ministre de
l’Intérieur (Brice Hortefeux) du 21/08/2009 :
« Planification logistique d’une campagne de
vaccination contre le nouveau virus A(H1N1) ». Elle est
adressée aux préfets et prévoit que chaque
préfet de département établisse un plan
départemental de vaccination et impose que le dispositif soit
prêt à être activé à partir du 28
Septembre 2009. Autrement dit, à l’heure actuelle, tout
peut démarrer sur simple réquisition du gouvernement.
L’application du « plan de prévention et de
lutte » peut nécessiter d’imposer la contrainte
et l’autorité : cela est possible en proclamant
l’État d’Urgence, lequel fut rendu légal par
la loi 55-385 du 3 Avril 1955. Sa dernière application fut le 8
Novembre 2005, pour un peu plus de 3 mois, lors de
l’épisode des ‘banlieues’ de l’automne
2005. Une sorte d’exercice en situation réelle ?
Son article premier : « L’état
d’urgence peut être déclaré sur tout ou
partie du territoire métropolitain…soit en cas de
péril imminent résultant d’atteintes graves
à l’ordre public, soit en cas
d’événements présentant, par leur nature et
leur gravité, le caractère de calamité
publique ».

États Unis :

Les plans de vaccination sont définis par le CDC
(Center for Disease Control) et sont consultables sur le site officiel
. Le CDC d’Atlanta est aussi un des centres d’expertise de
l’OMS.
Un cas de pandémie a déjà eu lieu aux USA :
l’épidémie de Grippe porcine de 1976 , apparue
« mystérieusement » dans le camp militaire
de ‘Fort-Dix’ aux USA, avait entraîné une
vaccination massive de 40 millions d’américains. Le plan
fut interrompu prématurément à cause de
l’apparition de syndromes neurologiques graves chez certaines
personnes vaccinées.
Comme en France, l’application du Plan de vaccination peut
nécessiter l’usage de la contrainte.
Les États Unis se sont dotés en 1984 du plan Rex84 ;
C’est la base d’exercices réguliers simulant une
situation d’urgence, et un plan de continuité de
l’autorité fédérale pour simuler des
troubles publics et détenir dans des camps une large fraction de
la population en cas de situation d’urgence (comme une
pandémie) ou de troubles civils.
Ces plans d’exercices ont été
complétés après les attentats du World Trade
Center et l’attribution de pouvoirs étendus au FBI, CIA,
NSA et à l’armée, notamment le « USA
Patriot Act » présenté le 24 Septembre (13
jours après les attentats) et voté le 26 Octobre 2001. Ce
texte, prolongé de 10 ans de plus en Juillet 2005, instaure de
fait un « État d’Urgence permanent »
aux USA.
La FEMA est l’agence Américaine qui gère notamment
les situations d’urgence en cas d’attentats
bio-terroristes, c’est à dire si une pandémie
était déclarée d’origine volontaire.
La Directive 51 de Mai 2007, signée par GW Bush est une
Directive Fédérale qui attribue au gouvernement
fédéral les pouvoirs en cas d’urgence
catastrophique, comme une pandémie…
La loi HR 645 IH de Janvier 2009 (sous la présidence OBAMA)
autorise la FEMA à créer des camps de détention
dans la perspective d’une Urgence Nationale, telle que la
pandémie.
La « Garde Nationale » est depuis quelque temps
mise dans les rues pour compléter l’action de la police
locale, sous prétexte du manque de moyens par ces temps de crise
économique, ce qui habitue les américains à la
présence de l’armée intervenant dans la vie civile
quotidienne – prélude à un contrôle beaucoup
plus contraignant ?

En Belgique :

Un projet de loi est en cours selon RTL Info Belgique
du 22/09, selon lequel le gouvernement aurait des « pouvoirs
spéciaux » en cas de pandémie, permettant de
contourner le vote par le parlement.

Fichage et Traçabilité

La directive Bachelot-Hortefeux du 21/08 indique
« la nécessité d’une
traçabilité individuelle systématique »
utilisée pour mesurer le taux de couverture de la population par
l’INVS.
Selon Le Monde , « la traçabilité individuelle
va être réalisée par le biais de
l’assurance-maladie : chaque assuré ou ayant droit
sera individuellement identifié, de même que le lot qui
aura servi à sa vaccination. »
Ce qui signifie à contrario, que les personnes convoquées
qui ne se rendraient pas à la vaccination requise, seront
repérables d’après les indications de leur dossier
médical et/ou de leur carte vitale.
Les sanctions pourraient alors être prises contre les
réfractaires, telles que l’invalidation de leurs droits
à la couverture assurance maladie par exemple ?

Sans prétendre à
l’exhaustivité, force est de constater que de nombreux
pays pourraient basculer dans l’Etat d’Urgence dès
lors que la Pandémie serait déclarée en phase 6,
dans le pays.
Le Cadre Juridique permettant d’imposer la loi martiale, voire
une dictature et le fichage est prêt.

Les fournisseurs de vaccins agréés par
l’OMS et par l’Agence Européenne de la Santé
(EMEA)
Vacciner nécessite de disposer de vaccins obtenus dans des
conditions de sécurité jugées suffisantes,
notamment en termes d’équilibre entre les avantages du
vaccin (protection contre la maladie) et des risques (effets
secondaires, souvent plus tardifs).
Les Fabricants des vaccins sont donc des grandes compagnies
pharmaceutiques mondialisées, disposant d’équipes
et de budgets de recherche importants, et capables de mener les
études ou essais nécessaires à
l’autorisation de mise sur le marché des vaccins (AMM).
Nous verrons plus loin par quelles méthodes.
Pour la France, la directive Bachelot-Hortefeux du 21/08/09 indique que
4 fabricants sont retenus pour les livraisons des vaccins – avant
la délivrance des autorisations de mise sur le marché,
car ce sont des ‘produits nouveaux‘ – Sanofi-Pasteur,
Novartis, GSK (Glaxo Smith Kline) et Baxter. Sanofi-Pasteur a
réçu l’AMM de la FDA le 15/09.
En Grande Bretagne, les 2 fabricants qui ont déjà
reçu l’AMM le 25/09 par l’agence Européenne
EMEA, sont Novartis et GSK. On peut supposer que l’extension pour
la France, l’AMM sera très rapide, et que les vaccins des
autres fabricants seront prochainement autorisés par
l’Agence Européenne.
Il faut seulement remarquer que les vaccins qui ne sont pas
élaborés par la stratégie des ‘vaccins
maquettes’ nécessitent des délais plus longs pour
bénéficier de l’AMM, il s’agit en effet de
vaccins ‘innovants’ dont l’efficacité et les
risques sont plus difficiles à évaluer puisqu’il
faut faire des études cliniques spécifiques. Pour les
vaccins maquettes, des résultats antérieurs peuvent en
effet être utilisés.

L’impunité accordée aux Big Pharmas en cas d’effets scondaires des vaccins :

En France :Il est très inquiétant de
constater qu’en cas de situation d’urgence, les Cies
Pharmaceutiques sont protégées de tout recours
judiciaire : en France, la loi 2007-248 modifie l’article
L3110-3 du Code de la Santé Publique :
« Nonobstant les dispositions de l’article L. 1142-1,
Les professionnels de santé ne peuvent être tenus pour
responsables des dommages résultant de la prescription ou de
l’administration d’un médicament en dehors des
indications thérapeutiques ou des conditions normales
d’utilisation prévues par son autorisation de mise sur le
marché ou son
autorisation temporaire d’utilisation, ou bien d’un
médicament ne faisant l’objet d’aucune de ces
autorisations, lorsque leur intervention était rendue
nécessaire par l’existence d’une menace sanitaire
grave et que la prescription ou l’administration du
médicament a été recommandée ou
exigée par le ministre chargé de la santé en
application des dispositions de l’article L. 3110-1 »
Aux USA :
Des dispositions analogues ont été adoptées, par K
Sebelius secrétaire d’état à la
Santé, en Août 2009 ;
Autrement dit, l’Immunité judiciaire est accordée
aux Big Pharmas, pour des vaccins fabriqués en toute hâte
sur les injonctions de l’OMS et des gouvernements…en cas
d’atteinte à notre système immunitaire par exemple,
à cause de certains adjuvants comme nous le verrons plus loin.

Les Compagnies pharmaceutiques fabricants des vaccins
et leurs méthodes de recherche

Dans le cas de la grippe A, nous trouvons
essentiellement 4 fabricants mondialisés Sanofi-Pasteur,
Novartis, GSK et Baxter – et 2 firmes chinoises (Sinovac, Hualan)
En relation avec l’OMS, les méthodes de recherche et de
mise au point des vaccins contre la grippe repose sur la méthode
des vaccins maquettes (mock-up vaccines) permettant de faire des tests
en avance, afin d’obtenir de manière
accélérée les AMM, en obtenant sous 13 semaines
les premiers lots de vaccins après l’identification de la
souche pandémique à incorporer dans le vaccin commercial.
Cependant, tous les vaccins ne sont pas élaborés par la
technique des vaccins maquettes, et dans ce cas le délai de mise
au point est rallongé à cause de tests plus longs.
Les souches virales utilisées dans les ‘vaccins
maquettes’ ou ‘vaccins prototypes’ sont des souches
qui ne circulent pas, ou plus depuis longtemps, dans la population,
donc contre laquelle elles n’est pas immunisée. Par
exemple, les vaccins de la grippe A de Novartis et GSK qui viennent
d’être autorisés par l’EMEA ont
été élaborés à partir des maquettes
de 2007 et 2008 contre la grippe aviaire H5N1 (voir note 18). Cette
méthode implique que les compagnies pharmaceutiques stockent, ou
aient accès, à des souches de virus dangereux, – puisque
les populations ne sont pas immunisées contre eux – pour la
validation des maquettes. Certaines souches de sinistre mémoire,
comme celle de la grippe Espagnole de 1918, ont ainsi été
exhumées (sur des cadavres de l’époque
congelés en Alaska). L’Express 3033, p60 évoque un
‘accident de laboratoire’ dans les années 1970 et
que la souche H1N1 actuelle descendrait de cette grippe Espagnole de
1918. Ce qui peut expliquer en partie l’émotion sur cette
souche, bien qu’elle soit réapparue en 1976 – suite
à l’accident de laboratoire ? – en causant la
pandémie Américaine de 1976 issue de la base militaire de
‘Fort-Dix’.
Baxter avait même déposé un brevet Américain
le 28/08/2007 pour des souches virales, et ce brevet fut
enregistré 1 an jour pour jour après, le 28/08/2008.
Fait particulièrement étrange : le brevet Baxter
mentionne la souche H5N1 (la grippe aviaire mortelle) mais aussi la
souche H1N1, qui sera à l’origine, en Mars 2009 –7
mois après- de la pandémie de grippe mexicaine, puis
porcine, puis ‘A-H1N1’.
Autre fait curieux : le virologue de Baxter, le Dr
Otfried Kistner, qui avait breveté notamment la souche H1N1, est
également expert virologue auprès de l’OMS .

Les vaccins sont élaborés à partir de 2 composants :
L’Antigène, reconnu par les anticorps ou par les cellules
de la défense immunitaire de notre corps ; il s’agit
de virus inactivés de la souche qui est la cause de
l’épidémie. La présence de virus de la
grippe vivant, comme dans le scandale qui a impliqué Baxter en
Tchéquie, peut être extrêmement dangereuse puisque
l’agent infectieux actif serait inoculé.
Les adjuvants, qui ont pour rôle de stimuler la défense
immunitaire.
Ces adjuvants sont critiqués car ils sont accusés de
dérégler le système immunitaire. Notamment :

-Le Squalène
utilisé dans les adjuvants des vaccins de GSK et de Novartis,
est controversé car il avait été utilisé
dans les vaccins contre l’Anthrax utilisés pour
protéger les soldats dans la première guerre du Golfe,
qui a occasionné ensuite des maladies auto-immunes, le
« Syndrome de la Guerre du Golfe ».
Selon les conclusions du professeur R.F. Garry , devant la Chambre des
représentants, le Syndrome de la guerre du golfe fut
provoqué par le squalène, dont l’usage par le
Pentagone fut interdit en 2004, par un juge de la Cour
fédérale.
Un journaliste New Yorkais ,G. Matsumoto, le rapporte également.

 L’Hydroxyde d’aluminium ou les sels d’aluminium, qui pourraient altérer le système nerveux ou les muscles (myofasciite).

 Le Thiomersal
est un conservateur renfermant du mercure, celui-ci étant un
métal hautement toxique pour l’organisme, est
accusé de causer des réactions
d’hypersensibilité retardées.

Baxter a développé un vaccin contre la
grippe A sans adjuvant. Mais comme nous l’avons vu, cette firme
est impliquée dans divers scandales sanitaires , notamment en
ayant fabriqué ‘par erreur’ un vaccin contre la
grippe saisonnière, contaminé par le virus H5N1 vivant,
qui est très virulent. Aussi son vaccin pour A-H1N1 est
refusé par la Tchéquie…mais accepté en
France.
Baxter a développé un procédé de production
du virus cultivé sur des cellules de rein de singe vert Africain
(Vervet) ; ce procédé innovant a déjà
été validé par l’EMEA. Précisions
venant de Celtipharm, site internet des pharmaciens : Baxter . Son
candidat-vaccin, le Celvapan®, est en fait une version
adaptée du vaccin pré-pandémique initialement mis
au point contre le virus aviaire H5N1. Ce prototype disposait
déjà d’une Autorisation de Mise sur le
Marché (AMM) accordée par l’Agence
européenne pour l’Évaluation des Médicaments
(EMEA). « Il a juste fallu remplacer la souche H5N1 par
H1N1 » nous a précisé Vincent Vanwijnsberghe,
un des responsables de la communication. Le gain de temps est
évident. « Ce procédé permet une
autorisation accélérée du vaccin
pandémique, sans déposer une nouvelle demande
d’AMM ».
Nous pouvons aussi remarquer, avec notre GBS, que l’utilisation
de cellules de primate réduit la barrière
interspécifique avec l’homme par comparaison avec
l’utilisation ‘classique’ d’œufs
embryonnés. Ce qui nous fait penser au virus VIH, dont on dit
qu’il est passé par mutation, du singe à
l’homme….

Les Big Pharmas ont-elles des
incitations à fabriquer ou à aggraver les maladies et
à tisser des réseaux d’influence ?

L’EXPRESS le laisse entendre, de manière générale, dans son N°du 4/06/09, page 94

Pour obtenir les marchés, c’est à
dire les commandes de vaccins, les Big Pharmas ont intérêt
à tisser un réseau avec les administrations de la
santé dans les pays clients et avec l’OMS. Voire au plus
haut niveau, comme c’est le cas du partenariat de la firme
Sanofi-Aventis avec le président Sarközy, qui promut le
contrat Mexicain pour une usine de vaccins.
L’Express du 4/6/09, titre ‘Certains représentants
de l’État sont corrompus’ dans l’interview du
Professeur Philippe Even, présenté comme un combattant
pour une médecine et des experts indépendants de
l’industrie pharmaceutique…
Au cours des 7 années que le professeur passa à la
commission chargée d’autoriser les nouveaux
médicaments (c’est à dire délivrer les AMM)
il explique : « j’ai découvert
l’ampleur des mensonges de l’industrie pharmaceutique. Les
représentants de l’État s’en
accommodent. »
Nous pouvons donc supposer que les représentants des
organisations internationales, comme l’ONU et l’OMS,
peuvent aussi être soudoyés…

Pandémie de la Grippe A-H1N1 et coïncidences :

Le président Nicolas Sarközy vint au
Mexique début Mars 2009, pour rencontrer le président
Mexicain Calderon. Il commença le voyage par un petit
séjour touristique , visitant avec Carla les pyramides de
Teotihuacan. (Il est en effet attiré par les pyramides ,
qu’il avait aussi visitées en Egypte avec Carla, en
décembre 2007 avant de l’épouser).

Le voyage au Mexique était aussi pour les
Affaires : Nicolas Sarközy, en bon VRP, a
préparé le terrain avec les autorités Mexicaines,
pour la signature d’un contrat – qu’il annonce en
présence de Calderon le 9/03/09 – pour une usine de
fabrication de vaccins contre la grippe remporté par la Firme
Sanofi-Aventis, n°4 mondial du classement des Big Pharmas.
Le groupe BAXTER – impliqué dans divers scandales
sanitaires – et qui avait déposé un brevet US pour
certaines souches virales dont H1N1, brevet accordé le 28/8/08,
possède une usine de vaccins et des laboratoires au Mexique,
à moins de 100 Km de Mexico, à Morelos.
Les premières nouvelles sur la nouvelle grippe
« mexicaine » au départ, datent du
18/03/09, puis devant l’extention de
l’épidémie, l’OMS classe
l’épidémie au niveau 5 et la baptise Grippe
« A-H1N1 » le 30 Avril.

L’OMS est-elle au service d’une santé mondiale équitable et indépendante ?

Sa mission est, au sein de l’ONU, de diriger
l’action sanitaire mondiale. Citons le site officiel :
« Au 21ème siècle, la santé est une
responsabilité partagée qui suppose un accès
équitable aux soins essentiels et la défense collective
contre des menaces transnationales. »
L’OMS est pourtant elle-même impliquée dans divers
scandales : celui du lait contaminé par de la
mélamine, une personnalité de l’OMS : Alison
Katz écrivit à la Directrice de l’OMS, Margaret
Chan, le 22/01/2007 pour dénoncer la mondialisation
néo-libérale et les liens avec l’industrie
pharmaceutique.
Un article plus ancien, de Juillet 2002 accusait la Directrice de
l’OMS (précédant Madame Chan) de protéger
les intérêts des Big Pharmas, en ayant louangé
l’efficacité de l’industrie et pris la
défense des brevets des firmes. Ces brevets servent à
défendre des intérêts privés.
Nous pouvons donc nous interroger sur la sincérité et
l’efficacité de l’OMS dans la gestion des
pandémies, et notamment de la dernière, la grippe A-H1N1,
comme le laissait entendre le professeur B Debré,
évoquant les « gesticulations » de
l’OMS.

L’OMS et les mondialistes

Les liens entre l’OMS – ses dirigeants au
plus haut niveau, comme madame Margaret Chan, directrice de
l’OMS, avec les fondations privées émanant des
hommes les plus riches de la planète, tels que Rockefeller, et
Gates, sont évidents. Madame CHAN déclare dans son
discours d’investiture , le 4 Janvier 2007 à
Genève :
« Je me suis entretenue avec des responsables de la
Fondation Bill et Melinda Gates, de la Fondation des Nations Unies, de
l’Union africaine et des Fondations Nippon/Sasakawa , Bloomberg,
Doris Duke et Rockefeller. Ici à Genève, j’ai eu
des entretiens avec de nombreux ambassadeurs.
Tous ces interlocuteurs complètent ou facilitent notre action ou
expriment les besoins sanitaires des populations qu’ils
représentent. Je me dois de faire en sorte que les
activités qui font intervenir un si grand nombre d’acteurs
soient coordonnées en vue d’une action
stratégique. »

Les relations entre les dirigeants des Big Pharmas et les cercles élitistes mondialistes.

Nous avons déjà évoqué
l’utilisation de réseaux d’influence pour obtenir
les autorisations de commercialisation et les commandes des vaccins.
Nous allons aussi nous intéresser aux relations entre les
dirigeants et les cercles élitistes mondialistes.
Le Forum de DAVOS est un des plus médiatisés. C’est
une ‘Fondation à but non lucratif’ dont le
siège est à Genève. Selon S.Huntington
« L’Homme de Davos, est une élite mondiale dont
les membres se projettent dans une dimension purement
globale. » DAVOS est financé par un millier
d’entreprises membres, multinationales de CA au moins 5 Milliards
$.
Le site officiel est http://www.weforum.org
En recherchant par compagnie pharmaceutique, on retrouve
notamment :
Pour BAXTER, Gail Fosler, membre du comité de direction monde de
Baxter international
Pour NOVARTIS, Daniel Vasella, CEO monde.
On remarque qu’au forum de Davos sont partenaires diverses
fondations médicales, notamment la « Fondation Bill
et Melinda Gates », et que les époux Gates sont tous
deux membres.
Le BILDERBERG est quasiment confidentiel mais beaucoup plus important
que DAVOS. On y retrouve l’Élite mondiale, dont bien
sûr les archimilliardaires : G. Soros (2003), David
Rockefeller (membre Fondateur), Baron E. de Rotschild etc.
Étant donné l’absence de couverture
médiatique, les informations sur les réunions n’ont
pas de caractère officiel…bien qu’étant
très importantes, en particulier en notre temps de ‘Crise
Globale’.
Carl Bildt , membre influent du Bilderberg, aurait fait un discours
à la réunion 2009, prônant de transformer
l’OMS en « Ministère de la Santé
Mondial », autrement dit un OMS aux ordres de
l’Élite globaliste. Ce qui confirme l’existence de
critiques sur l’indépendance de l’OMS (Alison Katz).
Dans les grands patrons de Big Pharmas, on retrouve Daniel VASELLA, CEO
de NOVARTIS qui était au Bilderberg 2008 et à celui de
2009 .

Au niveau Français, l’IFRI , dirigé
par T. de Montbrial (Bilderberg 2009, Commission Trilatérale),
est financé par des entreprises partenaires.
On retrouve dans les entreprises membres SANOFI-AVENTIS, mais aussi les
milieux financiers comme Rotschild & Cie Banque (Baron E de
Rotschild est aussi Bilderberg et Trilatérale) et BNP Paribas
(représentée au Bilderberg par A.Levy Lang, ancien PDG)

Bill Gates a des relations directes avec la firme GSK ,
dans le cadre de sa Fondation, qui investit des milliards dans les
vaccins…
GSK semble une firme plus discrète car elle ne figure pas au
DAVOS ni au Bilderberg. Mais les relations au plus haut niveau avec un
des hommes les plus riches de la planète, sont à
remarquer.

Les Mondialistes et l’Eugénisme

Les cercles mondialistes s’inquiètent de
la surpopulation et de l’épuisement des ressources, et
aussi du « réchauffement climatique », une
théorie opportune qui aboutit à faire pression sur le
mode de vie des populations en restreignant la consommation
d’énergie fossile pour ne pas générer de
CO2…
En allant plus loin, une fraction des élites mondialistes
souhaiterait ouvertement réduire la population mondiale, et pour
cela des moyens efficaces seraient, à leurs yeux, la
contraception, la stérilisation, et la pandémie :
comme l’exprimait monsieur Ivanov, dans l’Express du
18/06/09, p.28 « un virus artificiel »
« il cite les ‘Renseignements Américains’
sans plus de précision, qui estimeraient à quelque
‘3 milliards de personnes’ la surpopulation de la
planète d’ici à 2015. »
Dans les informations qui ont filtré de la réunion
Bilderberg 2009, le journaliste Jim Tucker rapporte le projet
d’instaurer la Taxe Carbone, voir note 44. Le journaliste D
Estulin indique que l’inquiétude des élites du
Bilderberg est la perte de contrôle du monde en raison du chaos
économique en cours, et la réduction de 2/3 de la
population mondiale d’ici 1 ou 2 générations en
raison des famines, guerres et pandémies. Le millionnaire Kevin
Trudeau, qui a été à la réunion 2009 selon
ses dires, interviewé sur le site ‘prison planet’
dans le ‘Alex Jones Show’ explique :
Trudeau shockingly detailed conversations with elitists during which
they brazenly admitted their desire for massive global population
reduction. “I’ve been sitting on the boats off the coast of
Barbados with the guys who basically said we need to get two-thirds of
the dumb people off the planet – I’ve been in the
meetings,” said Trudeau.
Au cours d’une réunion privée des milliardaires
à la fondation Rockefeller, organisée par Bill Gates et
Warren Buffett, le milliardaire des médias Ted Turner aurait
invoqué la nécessité de la réduction de la
population de plusieurs milliards. Ceci est confirmé par le
Times Le père de Bill Gates , co-président de la
fondation Bill et Melinda Gates, a été au directoire de
‘Planned Parenthood’, organisation qui préconise le
contrôle des naissances, par la contraception et
l’avortement. Autant dire que le jeune Bill a été
éduqué dans le souci du contrôle des naissances et
qu’il a placé son père à un poste de
confiance dans sa fondation.
En Grande Bretagne, l’OPT un think tank préconise la
réduction de la population Britannique de moitié,
à 30 millions, pour un « développement
durable » et recommande aux élites de prendre des
mesures.

Conclusions et perspectives

Comme nous avons pu le découvrir, la grippe
A-H1N1 a une origine qui laisse présager que la complexe
mutation (à partir de 4 souches) n’est pas naturelle, mais
volontaire.
Des précédents pandémiques d’origine
douteuse sont connus, comme la Grippe porcine de 1976 aux USA, ou
encore les attaques à l’Anthrax militaire aux USA qui
avaient suivi de quelques semaines les attentats du 11 Septembre 2001,
pour lesquels un scientifique militaire américain (Dr
Bruce Ivins) fut identifié – et se ‘suicida’ .
Les relations entre les élites globalistes, politiques ou des
milieux industriels et financiers, ont tissé des réseaux
d’influence sur le monde globalisé qu’elles ont
patiemment élaboré (Davos, Trilatérale, IFRI,
Bilderberg etc). L’OMS et les Big Pharmas en sont parties
prenantes.
Les élites les plus influentes, centrées autour des plus
grandes fortunes mondiales, sont préoccupées par les
conséquences du chaos économique qui se profile et par la
surpopulation. Autrement dit, le ‘mobile’ existe, pour des
personnes aussi puissantes, pour agir en faisant disparaître une
partie de la population.
Un « Gouvernement mondial » efficace, le serait
d’autant plus que la population serait moins nombreuse,
qu’elle serait fichée, voire même
contrôlée par les autorités dans le cadre
d’une loi martiale.
La grande Pandémie, orchestrée par l’OMS et
l’ONU, paraît un prétexte commode pour
répondre à de nombreux objectifs permettant de faire
avancer la mise en place du Gouvernement Mondial, dont l’OMS
serait le ‘Ministère de la santé’.
La vaccination de masse, qui serait imposée pour la Grippe
A-H1N1, sera peut-être reportée car la
létalité réelle de la grippe A ne cause pas assez
de peur des populations. Elles risquent donc de refuser la vaccination,
malgré les manœuvres de désinformation.
L’opinion publique en France, n’est pas favorable à
la vaccination pour 2/3 des Français par exemple.
Mais une autre pandémie, nettement plus létale cette
fois, reste dans les scénarios possibles.

Quelles seraient les opportunités offertes, dans ce plan de contrôle du monde, par la vaccination ?

 La
loi martiale et l’abandon des libertés publiques par une
situation de catastrophe pour imposer la vaccination de masse.

 Le
fichage et la traçabilité individuelle (explicitement
citée dans le Plan Français de la Directive
Bachelot-Hortefeux du 21/08/09)

 Le
puçage via l’injection dissimulée de micro-puces
RFID ; les progrès en la matière sont tels, que la
taille d’une puce est actuellement celle d’un grain de
poussière . D’autres technologies émergentes sont
fondées sur des nanoparticules, des dimensions
inférieures au micron.
L’utilisation de satellites, comme c’est le cas avec le
GPS, permettrait alors de repérer toute personne sur la
planète, comme c’est déjà le cas avec les
puces de nos téléphones mobiles.

 L’élimination
potentielle d’une partie des vaccinés, si d’aventure
le vaccin était contaminé par un virus létal
vivant, comme cela faillit arriver avec le laboratoire BAXTER en
Février 2009. Voire par des effets secondaires à long
terme, causés par les adjuvants controversés, qui
amoindriraient ou dérègleraient le système
immunitaire (Squalène) ou les muscles (sels d’aluminium)
ou encore le système nerveux (Thiomersal). Les sujets
vaccinés rendus plus fragiles, seraient plus sensibles aux
maladies.

 Le
vaccin stérilisant existe , il a été mis au point
depuis plusieurs années. L’incorporation de
protéines de la zone pellucide, dans les ovaires de la Truie,
crée une réaction auto-immune de la femelle
mammifère – dont la femme – empêchant la
reproduction. La vaccination de masse stériliserait les femmes
à grande échelle, comme ce fut déjà fait en
Afrique et aux Philippines, sous l’égide de l’OMS et
de l’UNICEF…

Nous le voyons donc, l’histoire de la Grippe A
s’inscrit dans un contexte global beaucoup plus terrifiant dans
ses perspectives, qu’une petite grippette. Nous vivons le
commencement d’une transformation globale, qui semble
s’accélérer, avec des
« Contrôleurs » qui ont déjà
élaboré des plans, dans un monde globalisé et
manipulé par de très puissants réseaux
d’influence, en particulier ceux des hommes les plus riches de la
planète…lesquels ont élaboré des paravents
philanthropiques avec des ‘Fondations’ diverses.
La crise économique et financière, qui risque fort de se
poursuivre, rend inéluctable cette transformation, et les
puissants de ce monde veulent conserver le contrôle. Pour cela,
ils sont déterminés à agir.

L’adoption du Traité de Lisbonne, une des
priorités du Bilderberg 2009, permettrait de propulser le
globaliste Tony Blair (Bilderberg 1993, Davos 2008) comme
« Président de l’Europe » –
l’homme qui a soutenu GW Bush et qui a impliqué la GB dans
la Guerre d’Irak.
L’adoption du traité de Lisbonne présente de grands
risques pour la démocratie : en effet, au-delà de la
perte de pouvoir des parlements nationaux que nous élisons, le
traité comporte de claires menaces dans son article 2, qui
prévoit la possibilité de la peine de mort pour un
recours à la force rendu absolument nécessaire :
pour réprimer une émeute ou une insurrection, pour
effectuer une arrestation régulière ou pour
empêcher l’évasion d’une personne.
Quelles conséquences en cas de troubles civils et de loi
martiale ?

C’est à chacun d’entre nous,
d’ouvrir les yeux et sa conscience, pour comprendre ce qui se
passe vraiment, car les informations que nous croyons recevoir des
sources d’informations grand public, sont en
général incomplètes, et de fait liées aux
pouvoirs financiers qui tendent à nous contrôler.
Cette enquête sur la grippe A l’a confirmé. La
Grippe A peut-être le prétexte pour imposer le Fichage
généralisé et la loi martiale. A moins que ce ne
soit repoussé à la prochaine pandémie…

Pour vous défendre, légalemet et sans
violence, vous pouvez utiliser les textes :
Le Code de Nuremberg , code de déontologie sur
l’expérimentation humaine : « art 1 Le
consentement volontaire du sujet humain est essentiel. » .
« art 5 : l’expérience ne doit pas
être tentée quand il existe une raison a priori de croire
qu’elle entraînera la mort ou l’invalidité du
sujet. » . « art 6 : les risques encourus ne
devraient jamais excéder l’importance humanitaire du
problème que doit résoudre l’expérience
envisagée. » (pour une grippette comme
A-H1N1 !). « le sujet humain doit être libre de
faire interrompre l’expérience, et ce, n’importe
quand. » . « art 10 : les scientifiques
expérimentateurs doivent être libres de faire interrompre
l’expérience s’ils jugent que leur bien-être
ou celui de leur(s) sujet(s) est en danger. »

OMS : le RSI (Réglement International pour la santé) art 3.1 :
« Le présent Règlement est mis en oeuvre en respectant pleinement la dignité des personnes, les
droits de l’homme et les libertés fondamentales. »

et art 23.3 : « Les voyageurs ne sont
soumis à aucun examen médical, aucune vaccination ni
aucune mesure
sanitaire ou prophylactique en vertu du présent Règlement
sans que leur consentement exprès et
éclairé, ou celui de leurs parents ou tuteurs,
n’ait été obtenu au préalable,
excepté en application du
paragraphe 2 de l’article 31, et conformément à la
législation et aux obligations internationales de
l’Etat Partie. »

Si nous enquêtions sur les grands médias,
nous retrouverions des milliardaires qui sont membres des cercles
élitistes, comme Ted Turner par exemple. Or, nous avons tendance
à confondre de plus en plus, la réalité
virtuelle : ce que les médias télévisuels
nous montrent, avec la réalité tout court.

Nous vivons dans l’illusion. C’est à chacun de reprendre conscience.

Publicités