L’OMS avance en secret pour mener à bien son projet de vaccination obligatoire et son programme démographique

    

Global Research, Jane Burgermeister, 21 juillet 2009

L’OMS
a refusé de communiquer le procès-verbal d’une importante réunion d’un
groupe consultatif bondé de dirigeants de Baxter, Novartis et Sanofi,
qui a recommandé la vaccination obligatoire pour cet automne aux
Etats-Unis, en Europe et dans d’autres pays, contre le virus artificiel
H1N1 de la « grippe porcine. »

Dans
un courriel de ce matin, un porte-parole de l’OMS a prétendu qu’il n’y
a pas de procès-verbal de cette réunion, qui s’est déroulée le 7
juillet, dans laquelle les directives sur la nécessité de vacciner le
monde entier, adoptées par l’OMS ce lundi, ont été formulées, et à
laquelle participaient les dirigeants de Baxter et d’autres compagnies
pharmaceutiques.

Dans
le cadre du Règlement Sanitaire International, en cas d’urgence
pandémique, du type prévu cet automne dans la deuxième vague plus
meurtrière de virus H1N1, qui est construit génétiquement pour
ressembler au virus de la grippe espagnole, les directives de l’OMS ont
un caractère contraignant pour l’ensemble des 194 pays affiliés à l’OMS.

En
bref : l’OMS dispose de l’autorité d’obliger tout le monde dans les 194
pays à se faire vacciner de force en automne, d’imposer des
quarantaines et de limiter les voyages.

              

 

Il
existe une preuve vérifiable, claire et sans équivoque, montrant que
l’OMS a fourni le virus de la grippe aviaire vivant à la filiale de
Baxter en Autriche. Ce virus a été utilisé par Baxter pour fabriquer 72
kilos de matériel vaccinal en février.

Baxter
a ensuite envoyé ce matériel à 16 laboratoires dans quatre pays sous un
faux étiquetage, désignant les produits contaminés comme du matériel
vaccinal, déclenchant presque de cette façon une pandémie mondiale.

Puisque
Baxter doit observer strictement les règles de biosécurité de niveau 3
en manipulant un virus dangereux, comme celui de la grippe aviaire, la
production et la diffusion de cette pandémie ne peuvent pas être
accidentels, mais sont plutôt effectuées par Baxter dans une intention
criminelle.

La police autrichienne enquête maintenant, après que j’ai déposé des accusations criminelles en avril.

Il
est de plus en plus évident que l’OMS et Baxter ne sont que des
éléments d’une organisation criminelle beaucoup plus vaste, qui
progresse d’une façon coordonnée et synchronisée, pour exécuter dans
les prochains mois et années l’ordre du jour de réduction de la
population mondiale des « élites, » tout en mettant en place un
gouvernement mondial dont l’OMS sera membre.

L’OMS,
une agence des Nations Unies, semble jouer un rôle clé dans la
coordination des activités des laboratoires, des compagnies
pharmaceutiques et des gouvernements, dans l’accomplissement de
l’objectif de réduction de la population et la prise de contrôle
politique et économique de l’Amérique du Nord et de l’Europe :


En premier, l’OMS donne des fonds, de soutien et de garantie à des
laboratoires tels que le CDC pour chercher des agents pathogènes, les
modifier génétiquement pour les rendre plus mortels, et aussi les
breveter.


Deuxièmement, l’OMS fournit ces mêmes agents pathogènes mortels,
élaborés génétiquement, à des compagnies comme Baxter en Autriche, de
sorte que Baxter puisse utiliser délibérément ces virus pour contaminer
avec méthode le matériel vaccinal. Si la contamination des 72 kilos
n’avait pas été détectée à temps par un laborantin en République
tchèque, des millions de gens auraient attrapé la « grippe aviaire »
avec l’injection.


Troisièmement, en cas de pandémie, l’OMS ordonne une vaccination
obligatoire dans l’ensemble des 194 pays, suivant les
« recommandations » d’un groupe consultatif dans lequel siègent aussi
les cadres de Baxter.


Quatrièmement, l’OMS accorde à Baxter, Novartis, Sanofi et à d’autres
compagnies, des contrats lucratifs pour fournir ces vaccins.

– Cinquièmement, les fabricants de vaccins contre la grippe A/H1N1 obtiennent l’immunité juridique en cas de poursuites judiciaires.

Par ailleurs, l’OMS acquiert une nouvelle autorité mondiale à une échelle sans précédent en cas de pandémie.

Dans
de cadre des plans pandémiques spéciaux décrétés dans le monde entier,
en particulier aux États-Unis en 2005, en cas d’urgence pandémique, les
gouvernements nationaux doivent être dissous et remplacés par des
comités de crise, qui prennent en charge les infrastructures de santé
et de sécurité des pays, et qui relèvent de l’OMS et de l’Union
Européenne en Europe et de l’OMS et des Nations Unies en Amérique du
Nord.

Si le Model Emergency Health Powers Act
est mis en oeuvre sur instructions de l’OMS, refuser le vaccin sera un
délit pénal pour les Étasuniens. La police est autorisée à utiliser la
force brutale contre les suspects « criminels. »

Grâce
au contrôle de cette crise pandémique spéciale et aux comités dotés du
pouvoir de promulguer une législation pour l’instaurer dans la plupart
des pays, l’OMS, l’ONU et l’UE deviennent de facto le gouvernement
d’une grande partie du monde.

La
grande quantité de morts entraînera aussi l’effondrement économique et
des bouleversements, la famine et la guerre, et ces événements
provoqueront encore plus de réduction de la population.

Pour
résumer : l’OMS contribue à créer et ensuite à propager une pandémie
virale mortelle. Celle-ci permet à OMS de prendre le contrôle des
gouvernements d’Amérique du Nord et d’Europe, et d’ordonner aussi la
vaccination obligatoire des populations, par ces mêmes compagnies qui
ont d’abord créé et propagé le virus mortel. Et tout ça sous le
prétexte de protéger les populations contre la pandémie qu’ils ont
créée.

Les
principaux médias, possédés par ce même groupe d’« élite » qui finance
l’OMS, cachent systématiquement au grand public la nature du danger
réel de ces injections de H1N1, en retenant les informations
essentielles concernant l’interdépendance des agissements à leur propre
profit de ce groupe d’organisations.

En
conséquence, la plupart des gens croient encore que le virus H1N1 est
une grippe porcine naturelle, alors que même l’OMS a officiellement
abandonné le terme « porcin » dans une tactique de reconnaissance de
son origine artificielle.

La
plupart des gens pensent encore que les compagnies pharmaceutiques
peuvent fournir un remède, alors qu’elles sont en train de préparer une
série de piqûres létales, contenant le virus vivant atténué, des métaux
toxiques et d’autres poisons.

Les
deux piqûres de H1N1 sont conçues pour endommager le système
immunitaire et ensuite l’attaquer avec un virus vivant, dans un
processus qui reflète celui décrit par deux mémoires de 1972 de l’OMS,
où ont été définis les moyens techniques pour transformer les vaccins
en tueurs.

Le Mémorandum Strecker révèle aussi que l’OMS a recherché activement des moyens pour affaiblir le système immunitaire.

La
meilleure protection contre le virus H1N1, qui a été libéré et qui
deviendra inévitablement de plus en plus mortel puisqu’il mutera en
automne, est l’argent colloïdal et aussi les vitamines pour renforcer
le système immunitaire, les masques et les autres mesures de ce genre
[
le chlorure de magnésium améliore beaucoup le « terrain, » ce qui renforce la résistance aux micro-organismes, ndt].

Mais
aucun des gouvernements d’Amérique du Nord ou d’Europe n’a fait des
provisions d’argent colloïdal ni préconisé des mesures de santé
judicieuses pour contenir la prochaine vague meurtrière.

Il
y a à la place de plus en plus de signes montrant qu’ils utiliseront la
panique pour effrayer les gens afin qu’ils acceptent les vaccins
toxiques, qui sont sûrs de provoquer des lésions ou des dommages
uniquement grâce à la présence de métaux lourds.

Cette
campagne de vaccination de masse permettra même l’émergence d’une
souche plus mortelle et fournira une couverture pour la libération des
virus de la grippe aviaire ou d’autres agents pathogènes.

C’est
pourquoi des mesures doivent être prises maintenant pour arrêter la
vaccination de masse prévue cet automne, en intentant une action en
justice pour bloquer la distribution des vaccins et/ou les lois
gouvernementales forçant les gens à accepter la vaccination.

Une
enquête sur cette association criminelle internationale corporatiste
doit être conduite dans chaque pays, car ses tentacules sont partout.
Pour essayer de lancer cela aux États-Unis, j’ai déposé en juin des
charges auprès du FBI contre l’OMS et l’ONU, entre autres accusés. J’ai
inclus le Président Obama parmi les accusés car je pense que le moment
est venu d’identifier et d’isoler les principaux membres de ce groupe
criminel international corporatiste, qui a annexé de hautes fonctions
dans le gouvernement des Etats-Unis, et de les mettre en prison une
fois pour toutes, et il existe des rapports, qui doivent être étudiés
par les autorités, selon lesquels Obama a des liens financiers directs
avec Baxter.

Il
existe des preuves selon lesquelles la ministre autrichienne de la
Santé et d’autres fonctionnaires ont aidé Baxter à dissimuler ses
traces.

Il
existe aussi des preuves évidentes montrant qu’une partie des médias
autrichiens sont activement impliqués dans la propagation de mensonges
et de désinformation pour bercer les gens dans un faux sentiment de
sécurité concernant la fabrication et la distribution par Baxter d’un
matériel pandémique ce février en Autriche.

C’est
une nécessité vitale pour les individus et les collectivités locales de
prendre des mesures efficaces pour se protéger contre la prochaine
vague mortelle de virus H1N1 afin de minimiser son impact.

Pour
trouver des informations sur les accusations que j’ai déposées à ce
jour en allemand et en anglais, en Autriche et auprès du FBI, vous
pouvez vérifier le
site wakenews et sur mon blog d’informations en continu (en angais).

Original : www.globalresearch.ca/index.php?context=va&aid=14475<…
Traduction libre de Pétrus Lombard pour Alter Info



  

130.000
$, c’est la nouvelle offre, on ne peut plus sérieuse, qui est faite par
Jock Doubleday, directeur du Natural Woman, Natural Man, association
californienne à but non lucratif, au premier médecin ou responsable
d’un groupe pharmaceutique, qui acceptera de boire en public, un
mélange composé des ingrédients qui se trouvent dans les vaccins
administrés aux enfants de 6 ans, d’après les recommandations du CDC*
des USA.
Et alors même que la mixture ne contiendra pas les bactéries ou virus, vivants ou tués, mais seulement leurs additifs, et qu’il s’agit de la boire, pas de se l’injecter (pas comme pour les vaccins aux enfants donc) !
Le mélange sera préparé en fonction du poids du candidat,
proportionnellement à celui d’un enfant de six ans, par Jock Doubleday
et trois professionnels du milieu médical choisis par lui, et par trois
professionnels choisis par le candidat.
Etant donné que le participant doit appartenir au milieu médical, qui
injecte les vaccins ou les vend, il est admis par tous les partis, que
ces ingrédients sont sans danger…
Depuis le début de cette offre, qui à l’origine en janvier 2001 était
de 20.000 $, 14 médecins ont contacté Doubleday (l’offre est sur 300
sites internet), mais aucun n’a donné suite.
C’est ainsi, qu’en août 2006, JD a porté la prime à 75.000 $ !
Proposée sans succès à 14 médecins responsables du Comité de Vaccinations du CDC*, cette offre est toujours valable…
Elle est à présent de 130.000 $ !
Et l’offre augmente de 5.000 $ par mois, à perpétuité,
jusqu’à un MD ou société pharmaceutique chef de la direction, ou à l’un
des 14 membres pertinents de l’ACIP accepte de boire un poids corporel
calibré dose de vaccin additifs MDs régulièrement injecté aux enfants
au nom de la santé.
Cette offre, daté du 25 avril 2007, n’a pas de date d’expiration à
moins et jusqu’à ce que remplacées par une offre similaire d’une
meilleure rémunération.

Jock Doubleday Jock Doubleday

*Centers for Disease Control and Prevention

Contact :
director@spontaneouscreation.org
http://www.spontaneouscreation.org/SC/$75,000VaccineOffer.htm

Voir la composition des vaccins dans le PDF ci-dessous :

Fichier(s)
joint(s) :


Vu sur Artemisia College

Publicités