Le groupe Bilderberg, fut créé en 1954, grâce à un cofinancement de Unilever et de la CIA. Selon le politologue Stephen Gill, Il a pour but “d’encourager des discussions ouvertes et confidentielles (…) entre les nations de l’axe atlantique" (Gill, 1990 : 127) en particulier les Etats-Unis et l’Europe de l’Ouest. Selon un ancien délégué du groupe, le consensus élaboré au sein de ce forum sert de base à l’évolution des politiques internationales. Bilderberg “compose la toile de fond des politiques qui sont mises en place par la suite. Ainsi, le Forum économique mondial à Davos en février, les rencontres Bilderberg et du G8 en avril-mai et la conférence annuelle du FMI et de la Banque Mondiale en septembre. Une sorte de consensus international émerge (…). Ce consensus devient la toile de fond des communiqués du G8; il inspire le FMI lorsqu’il impose le programme de réajustement à l’Indonésie, et la politique que le Président américain propose au congrès” (Armstrong, 1998). Mondialisation.ca

 

Du 14 au 17 Mai, environ 150 membres du groupe Bilderberg se rencontrent en secret dans un hôtel en Grèce. L’adresse complète est : Nafsika Astir Palace, 40 Avenue Apollonos, 16671 Vouliagmeni, Grèce. L’année dernière, parmi tout ce "beau monde" figuraient le sénateur US Tom Daschle, le secrétaire au trésor, Timothy Geithner, et son prédécesseur Henry M. Paulson, l’irremplaçable ancien secrétaire d’état US, Henri Kissinger, le président de la Banque Mondiale, Robert Zoellick, du monde des médias, Paul Gigot, éditeur en chef du Wall Street Journal, du monde des nouvelles technologies et du net, le directeur exécutif de Microsoft, Craig Mundie, et le président du conseil d’administration de Google, Eric Schmidt.
Bien que la presse internationale soit présente par le biais de certains de ses dirigeants, comme a pu le noter en 2004 le journaliste de la BBC, Jonathan Duffy, " aucun reporter n’est invité et, tandis que des comptes rendus confidentiels des rencontres sont établies, les noms des participants ne sont pas inscrits". Chaque pays envoie 2 personnes.

Alors qui sera à la rencontre Bilderberg 2009 ?

Timothy Geithner, secrétaire US au Trésor

Robert Zoellick, président de la Banque mondiale

Richard Holbrooke, émissaire américain

José Manuel Barroso, président de la Commission européenne

Jean-Claude Trichet, président de la Banque centrale européenne

– les reines Béatrix des Pays-Bas et Sophie d’Espagne

– Carl Bildt, ministre suédois des Affaires étrangères

 

Egalement on sait déjà, par exemple, que le directeur de la Banque Mondiale, Robert Zoellick, devait être à Athènes pour affaires le 14 mai, que l’agenda du secrétaire au trésor US, Tim Geathner, est mystérieusement vide pour les 15, 16 mai, que le directeur de la Deutsche Bank, Jo Ackermann a prévu de voyager " quelque part en Europe", que le directeur de la Banque Centrale européenne ne sera pas disponible avant la fin de la semaine. Et, Ségolène Royal participait à un colloque organisé par les quotidiens El Pais (Espagne) et grec To Vima, en partenariat avec Désirs d’avenir sur "l’avenir la social-démocratie en Europe", en Grèce le 12 Mai, avec d’autres socio démocrates. Aussi présents, Christos Lambrakis, Président du groupe de presse de centre gauche Lambrakis, et Georges Papandréou, Président du PASOK et de l’Internationale socialiste, et comme modérateur du colloque, Jean-Marie Colombani, journaliste. Alors quels sont ceux parmi eux qui ont prolongé leur séjour incognito au Nafsika Astir Palace?
Et, lors de cette semaine " Bilderberg en Grèce", alors que Michel Drucker avait prévu de passer quelques jours à Athènes pour l’enregistrement de son Vivement Dimanche spécial Grèce, avec notamment comme invité le chanteur Demis Roussos , pour des raisons de sécurité, le tournage a été annulé et l’émission sera enregistrée à Paris au début du mois de juin. Les "raisons de sécurité" seraient-elles liées à la présence des Bilderberg ?

Le Bilderberg 2008 a certainement été derrière la crise financière mondiale avec pour objectif de remodeler l’ordre mondial toujours dans la même direction : main mise d’une élite politico financière sur la direction des affaires du monde avec de plus en plus de concentration de pouvoir et un plus grand asservissement des masses s’étendant non seulement aux pays pauvres mais également aux pays dits industrialisés, avec paupérisation des classes moyennes. Objectif final : gouvernance mondiale à travers des institutions antidémocratiques telles le FMI, la Banque Mondiale, et des coalitions politico militaires totalitaires type US/OTAN/UE.

On retrouve également le bras long des Bilderberg dans le choix du nouveau président des Etats Unis, Barak Obama. Lors de la conference Bilderberg en Virginie en 2008, une rencontre secrète a été organisée par le groupe entre Obama et Clinton, afin qu’ils se mettent d’accord pour un partage du pouvoir et des responsabilités. Bilderberg a misé sur Obama qui semblait mieux "se vendre" surtout auprès d’un électorat libéral pour qui, après 8 années de Bushisme, le prochain président devait apparaître comme le "Sauveur", une personnalité politique issue de leurs rangs ( "anti guerre" soutenu par l’organisation Move On par exemple). Les origines multi ethniques d’Obama ont certainement joué un rôle prépondérant dans ce choix, "l’antiracisme" et la "diversité" étant politiquement plus porteurs que le "féminisme" – surtout après des campagnes politico médiatiques intenses sur ces thèmes, qui s’apparentent à de véritables matraquages des opinions publiques avec le concours empressé des politiciens, toutes tendances confondues, chacun jouant sa partition.

Lors d’une interview accordée au journaliste Jon Ronson du quotidien britannique The Guardian, Lord Denis Healey, ancien membre du cabinet britannique et l’un des fondateurs du groupe Bilderberg (réuni pour la première fois en 1954) lui a dit : " certains d’entre nous dans le Bilderberg ont pensé que nous ne pouvions pas continuer pour toujours à nous combattre les uns et les autres pour rien et tuer des personnes et faire des millions de sans abri. Donc nous avons pensé qu’une seule communauté de par le monde serait une bonne chose…. Dire que nous agissons pour un gouvernement mondial unique est exagéré, mais pas complètement infondé" En d’autres termes, le Bildenberg c’est l’ Internationale des riches, influents, décideurs de la planète.
Le Bilderberg 2009 doit se concentrer cette année selon Daniel Estulin, journaliste canadien qui vit en Espagne et qui a écrit un livre publié en 2005, " Bilderberg Club – The Rulers of the World" sur la dépression mondiale. Il suit donc de près les rencontres Bilderberg depuis longtemps, et a jeté un coup d’oeil sur le fascicule distribué avant la rencontre aux participants, abordant le thème précité. Esculin a cité des sources liées au groupe disant que Bilderberg étudie deux options :
1. "soit une dépression prolongée, agonisante, condamnant le monde à la stagnation, le déclin, la pauvreté…
2. soit une dépression intense mais plus courte qui ouvre la voie à un nouvel ordre économique mondial durable, avec moins de souveraineté mais plus d’efficacité".

Le consensus au sein du groupe Bilderberg c’est qu’une élite ayant une approche internationale est la mieux à même de régler les problèmes nationaux, qu’un réseau mondial de décideurs doit avoir un langage commun et que les frontières entre ceux qui ont l’argent et les classes politiques doivent être suffisamment floues. Si les politiciens de droite sont plus facilement invités, certains socialistes qui "comprennent le rôle de l’argent" le sont également. On peut ainsi comprendre pourquoi, pour maintenir un semblant de démocratie, les pays occidentaux, dont la France, sont gouvernés en alternance.

____________________________________________________________________

 

 

Illustrations : le Bilderberg 2009 se tient à l’Astir Palace de Vouliagméni  -source Prison Planet.com

Le chasseur des Bilderberg Jim Tucker

 

Bilderberg 2009 : Des informations exclusives d’un journaliste d’investigation indépendant

Alors que la presse alignée continue à censurer totalement la grande réunion élitiste crypto-secrète qui se tient actuellement en Grèce et qui réunit plus d’une centaine de top-dirigeants européens et étasuniens, quelques informations nous parviennent du journaliste d’investigation Jim Tucker :

 

 
BILDERBERG 2009 Alex Jones Jim Tucker (1/2) (VO)
par Alf-Red

AVIS de RECHERCHE: Ce week end, où sont donc Dominique Strauss Kahn,
Bernard Kouchner, Michel Barnier, Laurence Parisot, Jean-Claude
Trichet, Bernard Arnaud, Pascal Lamy, Anne Lauvergeon, Pierre
Lellouche, Manuel Barosso…???

Source Paul Joseph Watson – Prison Planet.com, Samedi 16 mai 2009

Traduction 911nwo.info.

<< Le journaliste vétéran d’investigation Jim Tucker a découvert l’agenda du Bilderberg 2009, qui inclut le plan pour un Ministère mondial de la Santé, pour un Ministère mondial du Trésor, et pour une récession  plus courte [NDLR : mais plus violente] plutôt qu’une dépression économique plus longue [NDLR : mais moins violente].

Apparaissant au show d’Alex Jones, Tucker a dit que l’ancien Premier Ministre Suédois et membre régulier du Bilderberg Carl Bildt “a fait un discours réclamant la transformation de l’Organisation Mondiale de la Santé en un Département mondial de la Santé, réclamant la transformation du FMI en un département mondial du Trésor, ces 2 super-ministères étant bien entendu placés sous l’égide des Nations Unies”.

Tucker a noté que de tels mouvements constitueraient des pas de géants vers le Gouvernement mondial que le Groupe Bilderberg s’est promis d’achever, mais n’a pu finaliser durant ces 10 dernières années, très frustrantes.

Tucker déclara que le groupe Bilderberg tenait à souligner les problèmes causés par la crise économique, tout autant que la menace posée par la pandémie grippale, afin de justifierla centralisation du Pouvoir.

Selon Tucker, Bildt a également parlé du réchauffement global dans le contexte d’une taxe globale sur les émissions de carbone, qui est depuis longtemps inscrite sur l’genda des Bilderbergers.

La taxe globale qui sera payée directement à l’ONU sera introduite graduellement, d’abord sous forme d’une taxe peu sensible sur l’essence et le gazole, avant d’être augmentée une fois en place, a déclaré Tucker.

Concernant le crucial Traité de Lisbonne, qui fut retiré après le vote “Non” des Irlandais l’an passé, Tucker a dit que le Bilderberg planifiait d’envoyer de manière privée des représentants en Irlande pour parler aux leaders politiques pour soutenir le traité. L’Union Européenne requiert le vote de tous les membres pour ratifier le traité avant de l’instaurer, et les votants irlandais seront à nouveau invités à voter par référendum en fin d’année malgré le fait qu’ils avaient rejeté ce traité l’an passé…

Tucker a déclaré qu’un élément-clé de la réunion du groupe Bilderberg de cette année était un effort pouramener le Président Obama à “glisser vers la ratification du Traité de la Cour Internationale de Justice” en transmettant cette ratification au Sénat pour la faire voter.

“Leurs tactiques sont celles-ci”, a dit Tucker : “Obama est censé parlementer avec les nombreux démocrates de gauche du Congrès qui veulent vraiment l traité de la Cour Internationale de Justice qui sont tellement effrayés, car les gens sont fortement opposés à abandonner leur souveraineté qu’ils craignaient voter pour lui – les lâches – et donc Obama devrait parlementer avec eux et leur dire de ne pas s’inquiéter, qu’ils auront davantage de libéraux [NDLR : démocrates de gauche] au Sénat après les élections de 2010 et donc qu’en Janvier 2011, quand le Nouveau Sénat sera installé, ils pourront alors ratifier le traité tard le samedi soir, quand il est trop tard le dimanche matin pour l’impression dans les journaux ou pour la préparation des talk-shows du dimanche… et qu’il n’y aura pas de réaction politique”.

Tucker a confirmé les informations relayées en premier par Daniel Estulin, que le Bilderberg se demandaient s’ils fallait couler l’économie rapidement ou la plomber durant un longue dépression agonisante.

“Le ministre de l’Economie et des Finances Geithner et Carl Bildt ont vanté les mérites d’une récession plus courte plutôt qu’une une récession de 10 ans… en partie parce qu’une récession de 10 ans causerait des dommages aux industriels du Bilderberg eux-mêmes, et autant ils veulent un Ministère mondial du Travail et un Ministère mondial du Trésor, autant ils aiment encore faire de l’argent et une telle récession aussi longue leur couterait cher industriellement car peronne n’achèterait leurs jou-jous. Ils dont donc inclinés à la faire courte”, a déclaré Tucker.

Tucker a conclu en notant que les membres du Bilderberg semblaient avoir un visage assez sombre lors de cette rencontre et que géopolitiquement, “les choses vont mal pour eux,  les Américains répondent, les Européens répondent, et leur programme est en train d’être bloqué”. >>

Rappelons que Timothy Geithner, secrétaire US au Trésor ; Robert Zoellick, président de la Banque mondiale ; l’émissaire américain Richard Holbrooke ; José Manuel Barroso, président de la Commission européenne ; Jean-Claude Trichet, président de la Banque centrale européenne ; les reines Béatrix des Pays-Bas et Sophie d’Espagne et Carl donc Bildt, ministre suédois des Affaires étrangères doivent, entre autre convives très prestigieux, particper aux travaux secret du cercle élitiste Bilderberg selon une dépêche AFP.

Tout cela dans l’Omerta journalistique la plus absolue notamment en France… courageux journaliste et indépendants éditorialistes que nous avons !

Publicités