Vu la gravité de la situation pandémique que nous traversons, il m’a paru indispensable d’en faire profiter mes concitoyens afin de se préparer au mieux et d’éviter les poncifs des gouvernements et médias menteurs. Les faits, rien que les faits.

Aussi, n’hésitez pas à recourir à ce site Mecanopolis pour des infos de première importance.

[*]
En août 1988, la Deutsche Presse Agentur (DPA) rapporta cette
déclaration du prince Philip, d’Angleterre alors président du WWF : « In the event
that I am reincarnated, I would like to return as a deadly virus, in
order to contribute something to solve overpopulation ». [Si j’étais
réincarné, j’aimerais l’être sous la forme d’un virus mortel afin de
contribuer à résoudre le problème de la surpopulation].



Vendredi 1er mai 2009 – 00:05

Le centre de prévention et de
contrôle de l’Union Européenne estime que la grippe A/H1N1 pourrait
toucher entre 40% et 50% de la population, tout en soulignant que la
majorité des infections seraient bénignes.

Seuls les personnes âgées ou
immunodéficientes risquent de déclarer de graves symptômes.

Source : elpais.com

00:15 > L’Organisation mondiale de la santé ne dispose «pas d’élément qui laisserait penser qu’il faut passer au niveau 6 d’alerte». indique le numéro 2 de l’OMS, dans un article qui vient de paraître sur le site de la Tribune de Genève.

00:35 >
L’alarme suscitée par la grippe porcine et le risque de pandémie, fait
le bonheur des concepteurs de spams, ces courriels envoyés en grand
nombre dans un but publicitaire, pour escroquer leurs destinataires ou
endommager leurs ordinateurs, selon une société spécialisée. Lire la suite.

00:55 > 90% des porcs d’Egyptes ont été abattus, selon BNO News.

01:00 > Selon RussianToday, le virus A H1N1 a été créé par l’homme.

Envoyé par Mecanopolis

Développement suit

Lire également Le A/H1N1 de la grippe porcine : un bien mystérieux virus

01:25 > Swissmedic,
Institut suisse des  produits thérapeutiques, “déconseille fortement de
se procurer des médicaments hors des centres légaux de remise, tels
qu’hôpitaux,  médecins ou pharmacies, en particulier le Tamiflu, dans
le  contexte de la grippe porcine.

Comme le rappelle le porte-parole de
Swissmedic, Joachim Gross, ”Toute personne qui achète du Tamiflu par
d’autres voies –  Internet notamment – que les canaux officiels de
distribution en  Suisse, met sa santé gravement en danger”. Car
personne ne peut  être sûr alors de recevoir le vrai antigrippal
Tamiflu, a-t-il  expliqué.

L’expérience a montré que les
médicaments émanant de sources  non contrôlées, comme les prétendues
pharmacies en ligne, sont  souvent contrefaits et, au mieux, ne
contiennent qu’un peu de  principe actif, voire aucun du tout. Au pire,
ils contiennent des  substances toxiques. On fait ainsi du profit en
jouant, de manière totalement irresponsable, avec la peur du public,
toujours selon  le communiqué.

Swissmedic “insiste sur le fait que les
réserves de médicaments en Suisse sont suffisantes pour traiter la
population”. Tamiflu  est autorisé comme médicament soumis à ordonnance
médicale et ne  doit, par conséquent, être pris que sur prescription
médicale. En  cas de prise inappropriée, on court le risque de voir
apparaitre  des souches virales résistant à tout traitement qui peuvent
 ensuite se répandre sans limite.

01:30 > Tableau récapitulatif des cas A/H1N1 en France : cas_h1n1_france_30.04.09_pdf

01:55 > Pour les insomniaques, nous allons essayer de télécharger sur Mecanopolis I Am Legend dans la nuit. C’est un film de circonstances Entre-temps, nous vous conseillons cet extrait de Zeitgeist.

Version intégrale vostfr ici

02:50 > Nouvel article sur Mecanopolis : H5N1, le dernier fléau de l’industrie agroalimentaire

02:55 > Le
nombre de cas confirmés de grippe porcine humaine aux Etats-Unis
approchait les 120 jeudi, l’épidémie s’étendant dans 15 Etats selon les
autorités, qui ont annoncé dans la soirée l’achat de 13 millions de
nouveaux traitements antiviraux.

L’achat de ces médicaments est destiné
à reconstituer les stocks stratégiques et à distribuer 400.000 de ces
traitements au Mexique, épicentre de l’épidémie, a annoncé jeudi soir
la secrétaire à la Santé Kathleen Sebelius.

Le ministère de la Santé (HHS) compte
dans ses stocks environ 50 millions de traitements antiviraux auxquels
s’ajoutent 23 millions détenus par les Etats, a-t-elle précisé.

Plus tôt cette semaine, les autorités
avaient débloqué 11 millions de ces traitements aux Etats américains,
de plus en plus nombreux à être touchés.

Le nombre de cas est passé de 91
mercredi à 118 jeudi, la Caroline du Sud (sud-est), le Nebraska
(centre), le Minnesota (nord), le Colorado (ouest) puis le New Jersey
(nord-est) venant s’ajouter à la liste des Etats touchés.

En revanche, aucun nouveau décès n’a
été enregistré dans le pays depuis celui d’un enfant mexicain de moins
de deux ans, dont la mort au Texas (sud) a été annoncée mercredi.

Mais le virus pourrait avoir atteint le
coeur de la capitale, Washington: la Maison Blanche a annoncé la
probable contamination d’un membre de la délégation qui a accompagné
Barack Obama au Mexique. Cette personne a participé à un dîner avec le
président américain à Mexico le 16 avril.

La Banque mondiale, dont le siège est à Washington, a aussi annoncé un cas parmi ses employés, indiquant qu’il était rétabli.

L’état de la cinquantaine de patients à
New York continuait de s’améliorer jeudi, et ils avaient tous
“complètement récupéré ou presque”, selon le responsable des services
sanitaires de la ville.

La crainte du virus a conduit à la
fermeture de 300 écoles sur les quelque 100.000 que compte le pays, a
indiqué le ministère de l’Education américain. Ces fermetures touchent
169.000 élèves sur 55 millions.

Le directeur des Centres fédéraux de
contrôle et de prévention des maladies (CDC), le Dr Richard Besser, a
assuré que tous les Etats touchés disposeraient de stocks fédéraux de
médicaments d’ici au 3 mai.

Le Dr Anne Schuchat, autre responsable
des CDC, a affirmé que “les tests en laboratoire sur les virus montrent
que jusqu’à présent, ils sont sensibles aux médicaments que nous
possédons dans notre stock”, les antiviraux Tamiflu et Relenza.

Le Dr Besser a par ailleurs annoncé que
les Etats-Unis avaient installé un laboratoire au Mexique. “Cela va
nous aider à faire des recherches là-bas”, a-t-il expliqué, notamment
pour comprendre pourquoi le Mexique compte plus de cas graves. “Si l’on
peut comprendre cela, on pourra aider notre pays et d’autres pays à
empêcher que cela arrive”, a-t-il souligné.

Le Dr Besser s’est aussi montré
rassurant après des propos alarmistes tenus par le vice-président Joe
Biden, connu pour ses gaffes. “Ce n’est pas le fait d’aller au Mexique,
c’est le fait d’être confiné dans un avion. Si quelqu’un éternue, cela
se propage dans tout l’appareil”, avait dit M. Biden sur NBC, mettant
aussi en garde contre les trajets en métro, avant que ses propos ne
fassent l’objet d’une rectification de la part de son service de presse.

“Voyager en avion est sûr. Emprunter le
métro est sûr”, a assuré M. Besser. “Les gens doivent continuer à
sortir et à vivre normalement”.

03:20 >
Le Dr Marcus Gitterle, un médecin physicien basé près de New Braunfels,
Texas, a émis une alerte interne qui contient plusieurs déclarations
choquantes concernant la grippe porcine qui, si elles sont vraies, ont
été préservées par les officiels d’une diffusion publique.

“Après être rentré d’une
réunion publique hier avec les leaders de la communauté et les
officiels universitaires du Comté de Comal et du Comté de Hayes [nom
supprimé] a suggéré que j’envoie une mise à jour à mes patients de la
région, parce que ce que nous entendons en privé de la part du CDC et
du Département de la Santé est différent de ce que vous entendez dans
les médias”, écrit Gitterle.

Le Docteur déclare que le
nombre réel de cas confirmés de grippe porcine est 10 à 25 fois pire
que ce qui a été reporté, et que les gens ne récupère pas facilement,
comme cela a été dit, mais que beaucoup d’Etats-Uniens sont en fait
sérieusement malades.

Merci à Thibaut, de notre groupe facebook, de nous avoir envoyé cet article de PrisonPlanet.com

03:35 >
La Banque interaméricaine de développement (BID) a annoncé jeudi soir
débloquer 3 milliards de dollars pour le Mexique afin d’aider ce pays à
lutter contre la grippe H1N1 et la crise économique.

03:50 > 6 étudiants du Amherst College, dans le Massachusetts (USA) positifs au test du A/H1N1, vient d’indiquer BNO News.

04:50 >La
grippe porcine, qui pourrait avoir provoqué la mort d’une centaine de
personnes au Mexique et aux Etats-Unis, a continué de s’étendre jeudi
sur le continent américain et en Europe, mais cette dernière a écarté
l’idée d’une suspension des vols aériens vers le Mexique.

L’épidémie de grippe porcine, que l’OMS
a officiellement dénommé “grippe A (H1N1)”, a atteint les Pays-Bas où
un enfant de 3 ans revenu récemment du Mexique a contracté le virus
A/H1N1. Le nombre total des pays où le virus a été décelé est de douze,
dont six européens et quatre américains.

Au Mexique, foyer de la maladie, le
ministre de la Santé a annoncé jeudi soir que 40 nouveaux cas de grippe
porcine ont été confirmés, portant le nombre des patients contaminés à
312, mais il s’agit de malades qui “vont bien”. Le bilan officiel des
morts du virus a grimpé jeudi à 12 et le nombre des décès “probables”
reste fixé à 84.

Les Mexicains s’apprêtent à passer le
long week-end de la fête du Travail du 1er mai cloîtrés chez eux, les
défilés syndicaux ont été suspendus.

Le nombre de cas avérés a augmenté aux
Etats-Unis (118 dans 15 Etats jeudi), où aucun nouveau décès n’a été
enregistré depuis celui d’un bébé mexicain, mais aussi en
Grande-Bretagne (8), en Espagne (13).

Après le Mexique et les Etats-Unis, le 3e pays le plus touché est le Canada avec 34 cas avérés.

Neuf autres pays ont confirmé des cas :
Grande-Bretagne, Espagne, Pays-Bas, Suisse, Autriche, Allemagne,
Israël, Costa Rica, Nouvelle-Zélande.

Au Pérou, un premier cas de grippe
porcine avéré, annoncé mercredi, a été infirmé jeudi après d’ultimes
résultats d’analyses sur la patiente, une Argentine de 27 ans qui avait
séjourné au Mexique.

La secrétaire américaine à la Santé
Kathleen Sebelius a annoncé que les Etats-Unis allaient acheter 13
millions de traitements antiviraux pour reconstituer leur stocks
stratégiques et distribuer 400.000 de ces médicaments au Mexique.

Les Etats-Unis ont recommandé aux
malades de la grippe porcine de rester chez eux pendant au moins sept
jours sans pour autant prévoir de quarantaine à grande échelle. Quelque
300 écoles ont fermé jeudi leurs portes.

Le virus pourrait avoir atteint le
coeur de la capitale : la Maison Blanche a annoncé la probable
contamination d’un membre de la délégation qui a accompagné Barack
Obama au Mexique et a participé à un dîner avec le président américain
à Mexico le 16 avril.

La Banque mondiale, dont le siège est à Washington, a aussi annoncé un cas parmi ses employés, indiquant qu’il était rétabli.

L’Organisation mondiale de la santé
(OMS), après avoir relevé à cinq sur une échelle de six son niveau
d’alerte, signifiant qu’”une pandémie est imminente”, a précisé jeudi
qu’elle ne disposait “pas d’élément qui laisserait penser qu’il faut
passer au niveau six”.

Selon le numéro deux de l’OMS, le Dr
Keiji Fukuda, l’hémisphère sud est toutefois davantage exposé à
l’épidémie à l’approche de l’hiver, propice à la propagation de la
grippe.

Réunis à Luxembourg, les ministres de
la Santé de l’Union européenne ont écarté pour le moment l’idée
française de suspendre les vols aller vers le Mexique.

La commissaire européenne à la Santé Androulla Vassiliou a demandé aux Européens de ne “pas paniquer”.

La France a décidé le passage au niveau 5 de son plan d’action d’urgence “par précaution”.

De nombreux pays — France, Afrique du
Sud, Colombie, Australie, Irlande, Brésil notamment — vérifient des
dizaines de cas suspects, généralement des voyageurs de retour du
Mexique ou des Etats-Unis.

L’ONU a demandé dans une note interne à
ses fonctionnaires de “différer, si possible, les voyages non
indispensables vers des pays à risque”.

L’OMS ne recommande pas de restreindre les déplacements, mais Paris, Londres, La Haye, Rome et Ottawa déconseillent le Mexique.

A l’aéroport de Mexico, où une
cinquantaine de vols ont été annulés, dont 20 internationaux, les
touristes étrangers ont poursuivi leur exode.

L’Argentine, Cuba et le Pérou ainsi que
des voyagistes britanniques, français, canadiens et portugais ont
suspendu les liaisons. La Russie a demandé jeudi à ses ressortissants
de ne pas se rendre sur le continent américain.

Des charters ont été supprimés à
destination de la station balnéaire de Cancun, où la fréquentation a
chuté de 20%. Des croisières ont annulé leurs escales mexicaines.

Le virus, qui touche essentiellement de
“jeunes adultes en bonne santé”, selon les autorités mondiales, se
transmet par voie respiratoire, d’homme à homme. Les symptômes (fièvre,
maux de tête, courbatures) sont similaires à ceux de la grippe
saisonnière qui tue chaque année dans le monde entre 250.000 et 500.000
personnes.

La crainte de propagation du virus a conduit de nombreux pays à mettre en place des contrôles aux aéroports et aux frontières.

Le Japon, où un cas suspect a été
détecté, a annoncé qu’il allait contrôler un par un les cochons vivants
importés sur son territoire.

Mexico va demander des “explications”
devant l’Organisation mondiale du commerce (OMC) aux pays qui ont
stoppé ou restreint leurs importations de produits mexicains, comme les
produits dérivés du porc.

Une quinzaine de pays, dont la Chine et
la Russie, ont pris de telles mesures, tandis que l’Egypte a décidé
d’abattre tout son cheptel porcin.

L’Organisation mondiale de la santé
animale (OIE) s’est élevée contre ces abattages, rappelant que le virus
“est transmis par l’homme”, à l’instar de l’Organisation pour
l’alimentation et l’agriculture (FAO), qui a toutefois recommandé un
“renforcement de la surveillance sanitaire des porcs”.

05:00 > Sondage grippe A/H1N1 sur MetaWiki

11:50 > Cas confirmés et cas suspects dans le monde

PARIS
– La grippe porcine, qui a fait 12 morts sur 312 cas confirmés au
Mexique et un mort aux Etats-Unis, s’est déjà propagée à 12 pays, dont
six européens et quatre sur le continent américain.

Voici les cas confirmés et les cas suspects annoncés depuis le 24 avril :

MEXIQUE : au Mexique, foyer de
l’épidémie, le bilan de la grippe porcine est passé de huit à 12 morts.
Le ministre de la Santé a annoncé jeudi soir que 40 nouveaux cas
avaient été confirmés, portant le nombre des patients contaminés à 312.
Le nombre des décès “probables” reste évalué à 84.

ETATS-UNIS : un seul décès confirmé,
celui d’un bébé mexicain de 23 mois, décédé au Texas. 118 cas de
contamination confirmés dans 15 Etats, la Caroline du Sud (sud-est), le
Nebraska (centre), le Minnesota (nord), le Colorado (ouest), puis le
New Jersey (nord-est) venant s’ajouter à la liste des Etats touchés.

ALLEMAGNE : quatre cas avérés, dont, pour le première fois, une infirmière qui ne s’est pas rendue au Mexique.

AUTRICHE : un cas, une femme de 28 ans revenue du Guatemala avec escale à Mexico.

CANADA : quinze nouveaux cas, tous bénins confirmés jeudi, ce qui porte à 34 le total des personnes contaminées.

COSTA RICA : deux cas avérés.

GRANDE-BRETAGNE : trois nouveaux cas confirmés, soit un total de huit cas avérés. En outre, 76 cas suspects.

ESPAGNE : 13 cas avérés et 84 personnes en observation.

ISRAEL : deux cas confirmés.

PAYS-BAS : un cas confirmé, un enfant de trois ans revenu récemment du Mexique.

SUISSE : un cas confirmé et 26 suspects.

NOUVELLE-ZELANDE : quatre cas confirmés, 116 cas suspects, dont 12 probables.

AUTRES CAS SUSPECTS

PEROU: Un premier cas, confirmé
mercredi chez une ressortissante argentine qui avait séjourné au
Mexique, a été infirmé jeudi. Neuf autres cas suspects.

AFRIQUE DU SUD : deux cas suspects sont à l’étude.

AUSTRALIE : 114 personnes font l’objet de tests.

BELGIQUE : 24 cas suspects, mais aucun confirmé.

BRESIL : 42 cas notifiés, mais quatre cas vraiment suspects.

CHILI : 24 cas présumés sous surveillance.

COLOMBIE : 59 cas sous surveillance, dont dix “de manière très étroite”, selon les autorités.

COREE DU SUD : trois cas probables.

DANEMARK : quatre personnes en observation à l’hôpital.

FRANCE : Cinq cas “probables” identifiés parmi 41 cas suspects.

HONG KONG : quatre cas suspects.

ITALIE : une vingtaine de cas suspects.

IRLANDE : un premier cas “probable”, sur trois cas en attente de résultats.

SUEDE : cinq personnes placées en observation.

VENEZUELA : neuf cas en cours d’examen.

12:15 > Israël décide de passer en phase 6, selon VeraTect.

12:30 > Le
ministère israélien de la Santé a décidé jeudi d’élever le niveau de
préparation au virus de la grippe porcine de Phase 5 à Phase 6, a
rapporté le quotidien local Yedioth Ahronoth, dans son édition en
ligne.

La décision a été prise après une
réunion d’urgence entre le Premier ministre israélien, Benjamin
Netanyahu, et les responsables de la santé à Jérusalem, afin de parer à
une potentielle épidémie de grippe porcine en Israël.

12:45 > Le docteur Charles A. de notre groupe facebook. nous fait parvenir ses observations provisoires.

1/ il s’agit d’un virus très contagieux
2/ ce virus est en cours de diffusion à l’ensemble du globe à vitesse grand V et rien ne peu interrompre sa diffusion
3/ ce virus semble relativement peu pathogène pour l’instant,dans nos pays développés…. du type grippe
4/ il devrait nous revenir, plutôt plus fort en automne
5/ ce virus aurait déjà muté plusieurs fois depuis que les labos le suivent
6/ il va probablement encore muter et peut-être même se recombiner avec
d’autre, ce qui risque d’augmenter de manière dramatique ses
potentialités pathogènes.

13:30 > Réunion à 15h de la Cellule Interministérielle de Crise (CIC) Place Beauvau avec Roselyne Bachelot et Michèle Alliot-Marie.

13:50 > Le professeur de microbiologie Patrick Berche, chef de service de l’hôpital Necker, se déclare très inquiet dans une interview au Figaro.

14:00 > Point de la situation

Le Mexique, principal foyer de la
grippe porcine, a commencé vendredi à vivre un pont du 1er Mai au
ralenti dans l’espoir de freiner l’épidémie qui s’est propagée, en une
semaine, à douze pays et fait redouter à l’OMS une pandémie “imminente”.

Nouvelle source d’inquiétude, les
autorités allemandes ont annoncé que, pour la première fois dans ce
pays, une femme avait été contaminée sans avoir séjourné au Mexique.

Au Mexique, où la première alerte a été
donnée il y a une semaine, le ministre de la Santé, José Angel Cordova,
a affirmé jeudi soir que les quatre prochains jours seraient
“déterminants pour fixer la tendance” de l’épidémie, qui a déjà fait 13
morts officiellement, 12 au Mexique et un aux Etats-Unis.

L’Organisation mondiale de la santé a
confirmé 331 cas de grippe porcine dans le monde, dont 109 aux
Etats-Unis (un mort) et 156 au Mexique (9 morts).

Durant leurs cinq jours de vacances à
l’occasion du 1er Mai, les Mexicains ont été invités, dans un appel
solennel du président Felipe Calderon, à “rester à la maison” afin
d’éviter la contagion.

Des millions de Mexicains ont ainsi
entamé ces congés cloîtrés chez eux et pour la première fois, le
Zocalo, l’immense place centrale de Mexico, mégapole de 20 millions
d’habitants, n’a pas vu défiler des milliers de manifestants comme le
veut la tradition.

Pour venir en aide à ce pays, la Banque
interaméricaine de développement (BID) avait annoncé jeudi le déblocage
de trois milliards de dollars.

Douze pays au total sont désormais
touchés par la grippe porcine, dénommée officiellement par l’OMS
“grippe A (H1N1)”, dont quatre sur le continent américain et six en
Europe.

Au Mexique, le ministre de la Santé a
annoncé que le nombre de patients contaminés s’élève à présent à 312,
mais que ces malades “vont bien”. 12 personnes sont mortes, selon le
bilan officiel, et le nombre des décès “probables” reste de 84.

Le nombre de cas avérés a également
augmenté aux Etats-Unis (118 dans 15 Etats), où un bébé mexicain est
mort, mais aussi en Grande-Bretagne (8) et en Espagne (13).

Le 3e pays le plus touché est le
Canada, avec 34 cas. Autres pays où des cas ont été confirmés:
Pays-Bas, Suisse, Autriche, Allemagne, Israël, Costa Rica,
Nouvelle-Zélande.

En Allemagne, où la maladie avait déjà
été diagnostiquée chez trois personnes rentrées du Mexique, les
autorités ont annoncé vendredi qu’une infirmière qui ne s’est pas
rendue dans ce pays mais a été en contact avec un malade avait été
contaminée, et qu’elle est à présent guérie.

Aux Etats-Unis, la secrétaire à la
Santé Kathleen Sebelius a annoncé l’achat de 13 millions de traitements
antiviraux pour reconstituer les stocks stratégiques et en distribuer
400.000 au Mexique. Il a été recommandé aux malades de rester chez eux
pendant au moins sept jours.

La Maison Blanche a de son côté annoncé
la probable contamination d’un membre de la délégation qui a accompagné
Barack Obama au Mexique et a participé à un dîner avec le président
américain à Mexico le 16 avril.

L’OMS, craignant une pandémie “imminente”, avait relevé mercredi son niveau d’alerte à cinq sur une échelle de six.

Réunis jeudi à Luxembourg, les
ministres de la Santé de l’Union européenne ont écarté pour le moment
l’idée française de suspendre les vols vers le Mexique.

De nombreux pays -France, Afrique du
Sud, Colombie, Australie, Irlande, Brésil notamment- vérifient
actuellement des dizaines de cas suspects, généralement des voyageurs
de retour du Mexique ou des Etats-Unis.

En Pologne, une fillette de 8 ans,
rentrée du Mexique il y a dix jours, a été hospitalisée avec des
symptômes évoquant la grippe porcine.

L’OMS ne recommande pas de restreindre les déplacements, mais Paris, Londres, La Haye, Rome et Ottawa déconseillent le Mexique.

L’Argentine, Cuba et le Pérou, ainsi
que des voyagistes britanniques, français, canadiens et portugais, ont
suspendu les liaisons. La Russie a demandé jeudi à ses ressortissants
de ne pas se rendre sur le continent américain.

Des charters ont été supprimés à destination de la station balnéaire mexicaine de Cancun, où la fréquentation a chuté de 20%.

Et le fabricant japonais de pneus Bridgestone a annoncé vendredi la fermeture temporaire de ses quatre usines au Mexique.

Le virus, qui touche essentiellement de
“jeunes adultes en bonne santé”, selon les autorités mondiales, se
transmet par voie respiratoire, d’homme à homme. Les symptômes (fièvre,
maux de tête, courbatures) sont similaires à ceux de la grippe
saisonnière, qui tue chaque année dans le monde entre 250.000 et
500.000 personnes.

14:05 >L’OMS envisage de déchancher la phase 6 de l’alerte pandémique, selon BNO News

14:10 > L’information de BNO News sur la phase 6 n’est confirmée nulle part ailleurs et prématurée selon nos correspondants.

Développement suit


Page réactualisée par la rédaction de Mecanopolis

Retrouvez Mecanopolis sur Facebook

Suivi des informations sur notre groupe Facebook Pandémie de grippe porcine A/H1N1

Publicités