Les
banquiers Illuminati gouvernent le monde grâce à la dette qui
correspond à l’argent créé à partir du néant. Ils ont besoin de
gouverner le monde pour s’assurer qu’aucun pays ne faiblisse ou ne
tente de les renverser. Aussi longtemps que les banques privées, au
lieu des gouvernements, contrôleront la création de l’argent, la race
humaine sera condamnée. Ces banquiers et leurs alliés ont tout acheté
et tout le monde.

Henry Makow (écrivain
canadien)

*Je reprends ici le très bon article d’AlterInfo résumant bien les buts ultimes de la parodie de tentative de sortie de crise que l’on a nommé le G20.
On nous a bien bourré le mou pendant une semaine alors que l’agenda des oligarques de la finance mondiale suit tout naturellement son bonhomme de chemin vers la dictature mondiale de l’argent (et plus si affinités), et voici en préambule du prochain super-état fasciste mondial ce qui s’est dit et décidé dans notre dos pour notre malheur à tous…

En passant, venez soutenir son directeur de publication qui fait un travail remarquable d’information objective notamment sur le sujet très controversé Israëlien, puisqu’il est actuellement accusé d’anti-sémitisme alors qu’il ne veut que dénoncer sans relâche le sionisme de l’Etat fasciste d’Israël.
Rendez vous sur Alter-Info.net pour la suite judiciaire de ce "délit de presse".

 

L’ONU Et Le FMI Soutiennent L’Agenda De Dictature Financière Mondiale


Préparez vous à une monnaie mondiale



Le FMI comme l’ONU ont jeté tout leur poids derrière des propositions
pour mettre sur pied un nouveau système de monnaie mondiale pour
remplacer le dollar pour instaurer rapidement la dictature mondiale
financière, la même semaine que le secrétaire au trésor US, Timothy
Geithner disait aux mondialistes du CFR qu’il était " ouvert " à cet
idée.

Comme nous l’avons rapporté hier* Timothy Geithner
avait initialement repoussé une proposition chinoise et russe de
remplacer le dollar par une nouvelle monnaie mondiale, mais plus tard
il a dit aux élitistes du CFR qu’il avait constamment fait du lobbying
en faveur d"une monnaie mondiale dans le cadre d’un agenda plus large
de gouvernance mondiale, et qu’il était "ouvert" à cette idée.

Effectivement, avant que Geithner ne soit nommé par Obama (Secrétaire
au Trésor ndlt) alors qu’il était encore président de la Banque de
Réserve Fédérale de New York, il avait plaidé pour un nouveau système
bancaire central mondial, peu de temps après avoir participé à la
rencontre Bildenberg du 2008.

Maintenant, l’ONU et le FMI
ont jeté leur poids derrière cette action et on rapporte que le sujet
sera l’un des points de discussion principal lors de la conférence du
G20, des responsables ayant initialement écarté toute spéculation que
la création d’une monnaie mondiale serait sur l’agenda.

"Un
panel d’économistes de l’ONU a poussé jeudi à la création d’une
structure de réserve de monnaie mondiale pour remplacer le système
instable basé sur le dollar et pour coordonner les démarches faites par
les pays riches pour stimuler leurs économies selon ce qu’a rapporté
une dépêche de l’AFP*.

"
Un nouveau système mondial de réserve – ce qui pourrait être perçu
comme un SDR particulièrement étendu ( Spécial Drawing Rights) avec des
émissions régulièrement ou cycliquement ajustées à la taille des
accumulations en réserve, pourrait contribuer à la stabilité mondiale,
la puissance économique et l’équité mondiale"
a dit le panel.

En plus, le directeur du FMI, Dominique Strauss Kahn, a dit que les
discussions sur une nouvelle réserve de monnaie mondiale pour remplacer
le dollar US étaient "légitimes" et pourraient avoir lieu "dans les
mois à venir" selon une information.

Comme nous avons à
plusieurs reprises mis en garde *, l’introduction d’un nouveau système
de monnaie mondiale constitue la pierre d’angle du mouvement pour une
gouvernance mondiale, un contrôle centralisé et plus de pouvoir
concentré dans les mains d’un nombre réduit d’individus.


L’Améro, c’est ici ce que pourrait être une monnaie commune entre Canada, Mexique et USA
comme l’indique cet article financier Cette crise monétaire sans commune mesure pourrait donc hâter
les plans des grands argentiers mondiaux pour la création, non pas d’une monnaie Nord-Américaine, mais tout
 simplement globale, ce qui les rapprocherait de leurs objectifs de gouvernement mondial.


L’exploitation rapide et brutale de l’effondrement économique par les
mondialistes et les banques centrales qui sont principalement à
l’origine du problème, tourne autour de leur offensive pour une union
monétaire mondiale, une directive venant du pouvoir central du CFR et
du Groupe Bilderberg.

La Réserve Fédérale est déjà un
organisme privé et en tant que tel n’a pas de compte à rendre au peuple
américain. (Cela vaut également pour la Banque Centrale européenne
ndlt). Une banque centrale mondiale – c’est effectivement ce que créera
le nouveau système mondial de réserve monétaire – établira de facto une
dictature financière qui exercera son pouvoir sur les économies de
chaque pays de la planète sans avoir aucun compte à rendre.

L’élite dirigeante est depuis longtemps décidée à nous faire avaler de
force une monnaie mondiale. En fait, une monnaie mondiale est au coeur
même de leur plan de domination du monde.
Si vous contrôlez la monnaie vous contrôlez le destin des états, vous éliminez la souveraineté nationale. " Le contrôle de la monnaie et du crédit est un coup porté au coeur même de la souveraineté" a une fois fait observer le président de la Banque d’Amérique, A.W. Clausen.

Comme l’a fait remarqué Carroll Quigley, un professeur de Georgetown et
historien du CFR, le but des familles bancaires et de leurs mignons
c’est " rien de moins que de créer
un système mondial de contrôle financier entre des mains privées,
capable de dominer le système politique de chaque pays et l’économie du
monde dans son ensemble… contrôlé de manière féodale par les banques
centrales du monde agissant de concert, par des accords secrets pris
lors de fréquentes rencontres privées et de conférences."

En 2007, Robert Mundell, " le père de l’Euro" avait noté que "
la réforme monétaire internationale devient habituellement possible
seulement en réponse à un besoin ressenti et la menace d’une crise
mondiale".

Cette crise là est arrivée peu de temps
après, fournissant aux élites l’opportunité parfaite de s’engager dans
un programme massif de centralisation financière en se posant en
sauveurs – alors que ce sont eux qui ont crée le problème.

(A ce sujet, je rappelle la définition même du pompier-pyromane qui peut être ou banquier ou chef de l’Etat des banlieues c’est selon, telle que nous la rappelle David Icke dans ses ouvrages Le Plus Grand Secret en 2 tomes. Cà vous rappellera sûrement quelqu’un de connu qui passait souvent dans nos lucarnes… )


Les actions même des élites vont continuer à faire empirer la crise
financière, fournissant le capital politique nécessaire pour qu’ils
puissent instituer ce qu’ils ont projeté depuis longtemps – une
nouvelle monnaie mondiale pour un gouvernement mondial qu’ils ont
l’intention d’instaurer ensuite.

Paul Joseph Watson -27/03/09

Article en anglais

Son site: http://prisonplanet.com

http://www.planetenonviolence.org/

Traduction Mireille Delamarre

USA : Le Conseil Des Affaires Etrangères (CFR) Dévoile Son Agenda De Gouvernance Mondiale



Le Conseil des Affaires Etrangères souvent décrit comme le " véritable
département d’état" a lancé une initiative pour promouvoir et appliquer
un système de gouvernance mondiale efficace.

Henry Kissinger, un membre du CFR, prédit qu’ Obama voudra "
… donner une nouvelle impulsion à la politique étrangère américaine
en partie à cause de l’accueil extraordinaire qu’il reçoit à travers le
monde. Je pense que sa tâche sera de développer une stratégie
d’ensemble pour l’Amérique dans cette période, où, vraiment, un nouvel
ordre mondial peut être crée. C’est une fantastique opportunité, ce
n’est pas simplement une crise."

Le programme intitulé "
The International Institutions and global Gouvernance Program" – Les
Institutions Internationales et le Programme de Gouvernance Mondiale"
utilise les ressources du "
… Programme d’Etudes David Rockfeller, pour faire une estimation des
mécanismes existants de gouvernance régionale et mondiale…"
Le
financement initial du programme s’est fait par une subvention de 6
millions de $ de la Fondation Robina, qui affirme que celle-ci est " l’une des subventions d’exploitation les plus élevées jamais reçue dans l’histoire du Conseil."

Le programme IIGG, lancé le 1er Mai 2008, est le dernier signe d’un
agenda qui existe depuis et avant la création du Conseil des Affaires
Etrangères, a déclaré un ancien membre du CFR, le contre amiral Chester
Ward, concernant le groupe.

"La
clique la plus puissante dans ces groupes élitistes ont un objectif en
commun – ils veulent provoquer l’abandon de la souveraineté et de
l’indépendance nationale des Etats Unis. Une deuxième clique de membres
internationaux au sein du CFR comprend les banquiers internationaux de
Wall Street, et leurs agents dans des postes clés. Ils veulent avant
tout le monopole bancaire mondial quelque soit la puissance qui
s’arroge le contrôle du gouvernement mondial".

"Les Institutions Internationales et le Programme de Gouvernance Mondiale"
identifie plusieurs "problèmes mondiaux" qui nécessitent un système de
gouvernance mondiale. Les problèmes environnementaux, le terrorisme,
l’économie mondiale, et l’énergie sont tous mentionnés. Le projet
déclare ensuite qu’un système d’ " adhésion universelle" pourrait être
recherché, ou, une alternative, une organisation régionale telle que le
modèle de l’Union européenne.

"
Dans chacune de ces sphères, le programme examinera si le cadre le plus
prometteur de gouvernance est une organisation formelle avec adhésion
universelle ( e.g Les Nations Unies) une organisation régionale ou sous
régionale, une coalition plus étroite informelle de pays ayant le même
état d’esprit, ou une combinaison des trois."

Le
programme appelle à la "reconceptualisation" de la souveraineté
nationale, citant le " bassin" de souveraineté de l’Union européenne
comme modèle. Le projet du CFR reconnaît qu’ historiquement, les Etats
Unis ont résisté aux idéaux de gouvernance mondiale. Le projet déclare " l’attitude des Etats Unis sera parmi les facteurs les plus importants pour déterminer le futur de la gouvernance mondiale…"

Le programme IIGG continue,
" … peu de pays ont été aussi sensibles que les Etats Unis aux
restrictions de leur liberté d’action ou jaloux de conserver leurs
prérogatives en matière de souveraineté…"
Le programme déclare
que la séparation des pouvoirs telle qu’ inscrite dans la Constitution,
de même que le Congrès US, sont des entraves pour que les Etats Unis
assument de "nouvelles obligations internationales".

Comme il est déclaré,

"
la tradition ancrée depuis longtemps du pays comme "exception" libérale
inspire les US dans sa vigilance à protéger la souveraineté nationale
et les institutions de tout ce qui est perçu comme de
l’interventionnisme d’institutions internationales. Finalement, la
séparation des pouvoirs inscrite dans la Constitution US, qui donne au
Congrès une voix critique dans la ratification des traités et
l’acceptation des institutions mondiales, complique l’hypothèse que les
US puissent assumer les nouvelles obligations internationales".

Les actions du complexe Militaro Industriel sous l’Administration Bush
a de même bien servi les intérêts mondialistes. Les "Structures
Mondiales" sont maintenant présentées comme étant le mécanisme pour
prévenir de telles atrocités. La diabolisation de l’Amérique est
centrale pour construire un système de gouvernance mondiale. Patrick M.
Stewart, actuellement directeur du programme IIIGG du CFR, prévoit que
l’Administration Obama "…
cherchera à tourner la page de ce qui pourrait avoir été perçu comme un
"unilatéralisme de cowboy" des années Bush, en adoptant la coopération
multilatérale, suscitera à nouveau des alliances et partenariats avec
les US, et s’engagera dans une diplomatie renforcée dans le cadre de
l’ONU,"
comme rapporté par Xinhua. Le projet IIGG lui-même déclarait en Mai 2008 que, "
peu importe que l’administration qui sera investie en janvier 2009 soit
Démocrate ou Républicaine, il y a de forte chance pour que
l’orientation de la diplomatie étrangère US soit dans une certaine
mesure multilatérale".

Les forces mondiales
travaillent avec acharnement dans les domaines économique et politique
pour essayer de façonner le futur du monde, faisant avancer la
domination de l’élite mondiale. Il y a des appels réguliers à la
création d’une monnaie mondiale en réponse à la crise économique,
s’attirant le soutien tacite du secrétaire au trésor, Timothy Geithner,
et cela parle au CFR.

Henri Kissinger, un membre du CFR, prédit que le Président Obama "…
donnera une nouvelle implusion à la politique étrangère américaine pour
partie à cause de l’accueil extraordinaire qu’il reçoit à travers le
monde. Je pense que sa tâche sera de développer une stratégie
d’ensemble pour l’Amérique dans cette période, où, vraiment, un nouvel
ordre mondial peut être créer. C’est une fantastique opportunité, ce
n’est pas simplement une crise."

Le programme de
gouvernance mondiale du Conseil des Relations Etrangères sera sans nul
doute poursuivi sous l’Administration Obama, qui est remplie de membres
du CFR. Le Président du CFR, Richard Haass, sert de haut conseiller
dans l’Administration Obama. Comme l’admet la programme IIGG, quelque
soit celui qui siège à la Maison Blanche, l’agenda mondialiste avance à
toute vitesse.

Daniel Taylor – Global Research /infowars.com -31 Mars 2009 – Copyright Daniel Taylor Infowars.

Global Research

Infowars

Pour lire le Programme en anglais cliquer sur Infowars ci dessus.

http://www.planetenonviolence.org/

Traduction Mireille Delamarre 

Publicités