Je relaie ici un article d’une blogueuse ancienne journaliste de la presse écrite qui fait référence aux catastrophistes prévisions du groupe LEAP2020 dont vous pourrez lire un extrait ICI et pour lesquels même les medias traditionnels officiels se sont fait l’écho : le débat sur France 24 et voir l’article du journal Le Monde

Apocalypse-Aurore

Mais qu’est
ce qui peut encore nous aider ?

 

En
lisant différents articles sur la crise en cours, passée et à venir, je
suis tombée sur un article particulièrement pessimiste qui m’a renvoyé
à l’un de mes article écrit il y a quelques temps déjà.

 

Nous changerons de société ou nous sombrerons dans la barbarie ou
l’extrémisme : en avant pour la dictature mondiale !

 

Cet article du GEAB (GlobalEurope Anticipation Bulletin) fait flipper
dans ses analyses, avec un titre effrayant :

Début de la phase 5 de la crise systémique globale : la phase de
dislocation géopolitique mondiale

Et une décomposition sous la forme suivante :

 

A. Deux phénomènes majeurs :
1. La disparition du socle financier (Dollars + Dettes) sur l’ensemble de la planète
2. La fragmentation accélérée des intérêts des principaux acteurs du
système global et des grands ensembles mondiaux

  



B. Deux séquences parallèles :
1. La décomposition rapide de l’ensemble du système international actuel
2. La dislocation stratégique de grands acteurs globaux.

Là je suis mal.

Et vous aussi j’en suis sûre.

 

Or c’est bien d’une crise systémique globale dont il s’agit :
« le
système global est désormais hors d’usage. Il faut en reconstruire un
nouveau au lieu de s’acharner à sauver ce qui ne peut plus l’être
 »
disent-ils.

 

Là je suis assez d’accord qu’il y a urgence pour reconstruire quelque
chose d’un peu plus humain.

Enfin
il va falloir se retrousser les manches, car quand je vois la gauche de
droite (le PS) la gauche de gauche (tous les autres) et la droite de
droite (UMP et consorts) je ne me fais aucune illusion sur leurs
apports respectifs.

 

Le bulletin annonce aussi un fenêtre de tir de 4 mois, en gros jusqu’au
sommet du G8 pour rectifier le tir, après … ?

Après c’est « la phase de dislocation géopolitique à la manière
d’un « bateau ivre » »

 

Et là qu’est-ce qui va nous arriver ?

Là je tremble.

La
barbarie, ou bien y a un bon gros dictateur qui va se lever et nous
remettre tout ça au pas. Les fainéants au boulot, les touristes en
touristie, les chefs en cheffie, et les toutins en touicointi.

Et vous allez voir ce que vous allez voir.

N’empêche que l’article si on va plus loin (et seulement si vous êtes
abonnées à leur site, car pour se foutre le frousse il faut payer,
comme à la fête foraine), il dit que c’est la barbarie qui va arriver,
et que dans les pays où les armes sont en vente libre ils vont
s’entretuer, et que ceux qui auront les moyens ils iront dans des pays
plus cool.
Et c’est qui les pays plus cool ?

Ben
c’est l’Europe, car elle encore en place un système de solidarité des
générations et des populations qui fait que la crise, même si elle a
lieu, elle sera un peu moins dure que dans les pays du Sud ou aux
States.

 

Et
qu’est-ce qui va faire notre gouvernement ? Il va fermer les frontières
à tous nos amis les noirs, les jaunes et les verts, et il va laisser
passer les Yankees pleins de frics.

Et
qu’est ce qui fait le gouvernement ? Il fait virer à coup d’avions nos
amis les noirs, les jaunes et les verts qui sont déjà sur notre
territoire. Comme ça y aura plus de place.

    

C’est y pas beau la vie quand c’est bien ordonné.

Je n’ai pas dit que nous vivons dans une dictature…mais on en prend le
chemin.

 

En
fait ce serait encore plus super si on se prenait par la main et qu’on
décide de prendre la piste laissée en cours de route par le GEAB, à
savoir reconstruire un nouveau système global.


Et moi je mets ma voix là dedans pour dire qu’il faut de la solidarité,
de la paix, de l’empathie, de l’intelligence, du partage, de l’amour pour que tout cela change.

Oui on peut le faire.

Nous devrions nous occuper de notre avenir.

Aurore
http://goudouly.over-blog.com/article-28560566.html


Dislocation géopolitique : après la crise, des guerres civiles ?



par Sophie – 100%- 134 hits Flux de ce reporter
Flux de Monde

Le schéma est bien connu. Après une crise économique, des guerres sont
souvent générées. Peut-on espérer une issue positive de cette crise ?
Certains analystes ne partagent pas cet optimisme. Décryptons la menace
qui pèse sur les gouvernements:

Il y
a un point commun entre Barack Obama, Nicolas Sarkozy, Gordon Brown et d’autres
chefs d’Etats. Chacun aime rappeler la dimension historique de la crise. Est ce
pour mieux cacher leur incompréhension de sa nature et ainsi se libérer de la
responsabilité des échecs de leurs politiques ? Les dirigeants mondiaux
sont-ils vraiment incapables de mesurer l’ampleur de la crise ? D’autres l’ont
fait pourtant !

Pour le moment, nous avons vu une injection massive de liquidités. Le 12
octobre 2008, les 27 pays de l’UE ont libérés 1 700 milliards d’euros
pour le crédit inter-bancaire et augmenter le capital de fonds propres des
banques. Les injections de la FED aux Etats-Unis a aussi dépassé les centaines
de milliards de dollars.
 

Je me permets un petit aparté sur ce chiffre 1 700 milliards. Pour rappeler que
pour éliminer les huit tragédies du pacte du Millénaire de l’ONU qui frappent
les pays du tiers-monde, il suffirait de 1 % de ces 1 700 milliards. "Cet
ordre du monde n’est pas seulement meurtrier, il est absurde" a dit Jean
Ziegler à ce sujet ( l’Humanité, 4 novembre 2008).

A côté des injections de liquidités, d’autres actions ont étés entreprises
comme la baisse de taux, l’achat d’actifs toxiques, les plans de relance des
industries en quasi-faillite … A la question est ce bien, ma réponse serait
c’est temporaire. Le système n’a pas subi une panne passagère. Il ne faut pas
remettre en route la machine mais en changer les pièces. Donc au lieu de
soigner les conséquences, il faut s’attaquer aux causes. Et les causes sont
connues : dérégulation, spéculation financière, bulles en tout genre,
hedges-funds, crédit et endettement massif, irresponsabilité de la FED, élite
bancaire et lobbying, paradis fiscaux …. La liste est longue et exhaustive
mais peut-être synthétiser par un mot ultra libéralisme.

Le LEAP/E2020 – qui depuis 2006 à anticiper les dérèglements financiers et
monétaires et la crise systémique globale de façon plutôt exacte – a prévu que
la fin de l’année 2008 annoncait la phase de décantation. Cela signifie celle
pendant laquelle les conséquences de la crise commencent à refaçonner le
système global. Les effets économiques, politiques et sociaux majeurs sont
devant nous. Selon eux la phase de décantation suivra 4 étapes : crise
financière, crise économique, crise sociale puis crise politique. Ils ont alors
chercher à évaluer l’impact de la crise sur les différents pays ou régions.

Des troubles civils et une dislocation géopolitique mondiale

L’exposition à la crise est
différente selon les pays mais le LEAP/E2020 les a néanmoins regrouper en 6
régions. Les critères pour évaluer le degré "d’immunité" au
"détonateur financier" sont les suivants :

– Part du secteur financier dans l’économie
– Part des services dans l’économie
– Degré d’endettement des ménages
-Qualité des actifs du système financier et des ménages
– Montant relatif des déficits publics (toutes collectivités publiques cumulées,
y compris comptes sociaux)
– Montant relatif des déficits extérieurs (commerciaux et paiements)
– Part des retraites par capitalisation dans l’ensemble des retraites du pays.

Une analyse plutôt complète qui rend compte de la situation actuelle et de
l’insuffisance voir de l’absence d’immunité de certains pays. Voici les
prévisions, des plus touchés aux moins touchés :

 

Ø                
Les Etats-Unis et le
Royaume Unis constituent la zone 1, la moins immunisée contre la crise.
Ils risquent une profonde récession économique et sociale d’une durée de 5 à 10
ans. La crise financière peut durer jusqu’en 2010, la crise économique jusqu’en
2013, la crise social jusqu’en 2011 et la crise politique jusqu’en 2012.

Ø                
La zone 2 regroupent les pays Nord Américains du Canada et du
Mexique mais aussi des pays européens ( Pays Baltes, Espagne).La forte
récession économique peut aller de 3 à 5 ans.
Le calendrier des crises est à peu près le même que pour la zone 1 avec une
probabilité de crise politique moins longue.

Ø                
La zone 3 intègre les pays pour lesquels 4 critères indiquent une
forte sensibilité à la crise financière. On y trouve ainsi l’essentiel de
l’Asie, les Pays-Bas, la Belgique, la Scandinavie.

Ø                
La zone 4 regroupe les pays pour lesquels seuls 3 critères indiquent
une forte sensibilité au choc financier. On y trouve l’essentiel de la zone
Euro, des nouveaux Etats membres de l’UE et les principales économies
d’Amérique latine.

Ø                
La zone 5 est particulière car elle rassemble des pays caractérisés
par un huitième critère qu’il est apparu cohérent et pertinent d’appliquer dans
cette analyse, à savoir le degré de dépendance politique, militaire et financière
aux pays de la zone 1. Très simplement, ce sont les pays qui seront affectés
très directement en terme notamment de stabilité politique par les graves
conséquences de la crise sur les pays de la zone 1 : par exemple, une forte
réduction des aides militaires, une suppression de l’aide alimentaire,… On y
trouve aussi bien les pays pétroliers du Golfe Persique que Taïwan ou la
Colombie.

Ø                
La zone 6 regroupe les pays pour lesquels la crise financière n’a
qu’un impact mineur ou très indirect car ces pays ont une économie trop peu
développée. On y trouve la plupart des pays en voie de développement.

Et last, but not least : La disparition du socle financier dollars-dette, prévue
pour l’été 2009 et il est temps de se préparer à des temps très difficiles.

source

http://www.leap2020.eu/Fin-2008-Le-monde-entre-dans-la-phase-de-decantation-de-la-crise-systemique-globale-Anticipations-2008-2013-Six-groupes_a2755.html

http://www.leap2020.eu/GEAB-N-32-est-disponible!-4-trimestre-2009-Debut-de-la-phase-5-de-la-crise-systemique-globale-la-phase-de-dislocation_a2796.html

Faut-il se préparer à des guerres ou des
conflits civils ?

Suite au rapport de LEAP/E2020,
Le Monde a écrit un article intitulé "après la crise financière la guerre
civile, préparez vous à quitter votre région. La possibilité d’une très grande
dépression aux Etats-Unis est aussi envisagée. Il y est dit que les pays ou les
armes sont facilement en circulation ( Etats-Unis, Amérique du Sud) seront les
pays à risques concernant des révoltes ou émeutes civiles. On y met aussi en
avant "le conseil" donné par l’association qui est de faire des
réserves car il y aura probablement des pénuries de nourriture, d’énergie ou d’eau
pour certaines régions. L’avenir n’est donc pas rose …

Les Etats-Unis risquent de voir leur système s’écrouler, les conflits civils
s’intensifier et la remise en cause de leur pouvoir dans leurs zones
d’influences. Le peuple américain va donc souffrir et encaisser les
conséquences des frasques ultra libérales. Mais attention, un effondrement des
Etats-Unis entraînerai de toute manière des réactions géopolitiques partout.
L’instabilité politique peut donc empirer dans les régions du Golfe persique, au
Moyen Orient en général ou dans bien d’autres pays …

source

http://www.lemonde.fr/la-crise-financiere/article/2009/02/26/apres-la-crise-financiere-la-guerre-civile-preparez-vous-a-quitter-votre-region_1160698_1101386.html


Comment se prépare le gouvernement américain ?



Thierry Meyssan, journaliste et politologue suit depuis longtemps les
manifestations de l’impérialisme américain. Voici deux extraits issus de son
site ( http://www.voltairenet.org
) qui reprennent des élèments précis, concernant la militarisation potentielle
de l’ordre public aux Etats-Unis si les choses venaient à tourner mal.

<< Le 30 septembre 2008, The Army Times révélait que la 1ère brigade de
combat de la 3ème division d’infanterie US [1] avait été rapatriée d’Irak et
affectée au maintien de l’ordre intérieur aux États-Unis [2]. Devant le tollé
général, le journal a publié un démenti de son propre article.

Cependant tout laisse à penser que l’Administration Bush, inquiète des
conséquences sociales de la crise financière et du Plan Paulson, envisage une
répression brutale en cas d’émeutes.

Après avoir été traitée avec dérision dans la presse nationale, l’information a
ému l’American Civil Liberties Union (ACLU), la puissante association de
défense des droits de l’homme. Celle-ci a engagé une procédure FOIA pour se
faire transmettre les documents officiels précisant les attributions exactes de
cette unité militaire d’élite en matière de police.

De source diplomatique, on indique que Washington semble
particulièrement craindre de mauvaises nouvelles économiques et des troubles
civils durant la période de transition entre les deux présidents (4 novembre-20
janvier). Des démarches ont même été entreprises auprès des autorités
financières des pays alliés pour envisager la possibilité de fermeture
simultanée des Bourses en cas de crise politique aux États-Unis. >>

source

http://www.voltairenet.org/article158452.html

Ou encore un autre lien qui montre comment l’état d’urgence donnerait les
pleins pouvoirs à une "dictature militaire démocratique"

http://www.voltairenet.org/article150354.html

Alors, après la crise, des guerres civiles ? Qu’en pensez vous ?
En tout cas une chose est sûre le pire est à venir ..


Publicités