Vente entre particuliers sur Internet : l’idée d’une taxe
abandonnée

     Pierre Kosciusko-Morizet

Cette taxe-là ne verra donc pas
le jour. A la demande du gouvernement (lire plus bas pour savoir qui…), le sénateur Philippe Marini a retiré son
amendement au projet de loi de finances rectificative pour 2008. Celui-ci
proposait de soumettre à l’impôt sur le revenu les sommes issues de la revente
sur Internet par les particuliers de leurs biens d’occasion.
« Je retire cet amendement que
j’avais déposé non pour faire scandale ou pour freiner le développement des
entreprises, mais pour provoquer une prise de conscience : on ne peut traiter
les transactions d’aujourd’hui avec le droit d’autrefois »,
a précisé Philippe Marini au moment des débats. Selon lui,
« il faut créer un droit nouveau pour des pratiques
nouvelles ».
Pierre Kosciusko-Morizet,
président de PriceMinister, s’est immédiatement réjoui de cette annonce dans un
communiqué :
« Le retrait de cette mesure est une
bonne nouvelle pour tous les Français qui souhaitent utiliser des plates-formes
de commerce électronique pour
[…] améliorer leur quotidien. »
Le site français s’était associé
à un de ses concurrents, eBay, pour dénoncer cet amendement. Le gouvernement les
a visiblement entendus.

Moralité : il sert toujours d’avoir un ministre ou secrétaire d’Etat dans sa famille : en effet, le PDG de Price-Minister est le propre frère de Nathalie Kosciusko-Morizet, l’actuelle secrétaire d’État auprès du ministre d’État, ministre de l’écologie, du développement et de l’aménagement durables   Les E-Bayeurs ont eu chaud ce coup-ci !


Publicités