Le parlement européen is watching you

 

 

 

     

 

Une eurodéputée estonienne, Marianne Mikko, dans un « projet de rapport sur la concentration et le pluralisme dans les médias dans l’Union européenne » s’inquiète du statut de la blogosphère, qu’elle juge peu transparent, et souhaite mettre en place un outil de contrôle permettant de catégoriser les blogs en fonction de leurs auteurs et de leurs contenus.

Il n’y a pas qu’au niveau national que l’on souhaite contrôler les échanges sur la Toile. Au sein de la commission Culture du parlement européen, une députée estonienne, Marianne Mikko, ancienne journaliste membre du Parti Socialiste Européen (PSE), juge les blogs trop opaques. En effet, dans son projet de rapport sur la concentration et le pluralisme dans les médias dans l’Union européenne, l’eurodéputée fait le constat que « les blogs constituent un moyen de plus en plus ordinaire de s’exprimer, tant pour les professionnels des médias que pour les particuliers, que le statut de leurs auteurs et éditeurs, notamment leur statut juridique, n’est ni déterminé ni clairement indiqué aux lecteurs des blogs, ce qui entraîne des incertitudes quant à l’impartialité, la fiabilité, la protection des sources, l’applicabilité des codes éthiques et l’attribution des responsabilités en cas de poursuites en justice ».

Cette ex-présentatrice TV considère, d’après l’hebdomadaire bulgare Kapital (lien ici pour ceux qui maîtrisent la langue de Tzvetan Todorov) , que « du fait de leur banalisation et de leur multiplication, les blogs sont également utilisés par des personnes de moins en moins scrupuleuses ». De plus, elle estime que les blogueurs peuvent, selon ses propres termes, « polluer considérablement le cyberespace ». Dans sa grande mansuétude, Mme Mikko entend donc venir en aide à l’internaute européen, qui comme chacun sait est dénué de tout esprit critique et de toute capacité de réflexion personnelle, et en mettant sur pied ses accords de Kyoto à elle, afin de dépolluer la blogosphère.
Ainsi, la députée estonienne milite pour la labellisation des blogs « en fonction des responsabilités professionnelles et financières et des intérêts de leurs auteurs et éditeurs ». Chaque personne tenant un blog se retrouverait donc fichée, pour la sécurité et le bien-être de chacun. Si vous souhaitez communiquer votre avis sur la question à l’assemblée de Strasbourg, une sorte de consultation a été mise en place sur le site du parlement européen.

Cependant, le cas de Marianne Mikko n’est pas isolé au sein des instances représentatives de l’Union. Le journal bulgare, repris par Courrier International, révèle également que l’eurodéputé allemand Jorgo Chatzimarkakis considère qu’en tant que « forme avancée de lobbying » le puissant instrument de communication que sont les blogs peut « constituer […] une menace ».
Il semblerait donc que la liberté d’expression des citoyens européens représente un réel sujet d’inquiétude pour les élus des peuples, mais pas forcément dans le sens où on pourrait l’espérer.

Source : DegroupNews

Magnifique… je me demande encore pourquoi ils prennent le temps d’inventer des justifications à leur mise en place d’un contrôle total.
Les blogs les gênent parce que c’est une des rares formes d’expression ou il n’y a pas besoin de beaucoup d’argent pour se faire entendre, même si cela ne touche pas forcément beaucoup de personnes.
Mais de toute façon, comme ce genre d’information ne sera relayé sur aucun média à grande écoute, le peuple dans sa majorité ignore totalement ce qui se trame.

Alors, ami lecteur, à l’heure du tout-payant (même la liberté d’expression, on le voit bien tous les jours), fais passer cette info, elle est encore gratuite…

Publicités